Sous la peau d'un Homme se cache
peut-être votre meilleurE AmiE d'antan…



Envol vers les Etoiles...

Si l'on croit en la réincarnation, pourquoi un homme devrait-il toujours s'incarner en homme et une femme toujours en femme??? Non, cela alterne sans arrêt en fonction de l'acquis spirituel que nous dégageons à chaque vie est en fonction des erreurs que nous commettons. Un homme de pouvoir qui abuse des femmes a de fortes chances de se réincarner dans le corps d'une femme qui sera écrasée toute sa vie… Ce sont les lois du Karma que seule le Divin connait…

Mais dès que je veux aborder un groupe de femmes qui sont dans une pratique spirituelle qui leur est propre, je me fais sortir sous prétexte que je suis un homme et que je ne peux rien comprendre aux femmes et à leurs problèmes particuliers. Je ne suis pas d'accord…

Ne lisez ce Texte que si Vous êtes
Au calme et en Paix avec Vous-même.
Vous risquez d'éveiller certaines Mémoires Cachées...

Contrairement aux êtres humains, les animaux ont l’avantage de ne pas confondre… S'ils ont peur, ils l’expriment, s'ils ont confiance, ils l’expriment aussi mais ils ne mélangent pas les deux. Alors que de leurs côtés, combien de millions d'êtres humains prétendent aimer alors qu’en fait ils ont peur de se découvrir à l’autre et qu'ils ont encore plus peurs de la solitude…

Durant les années 2004 à 2008, aidées par d'excellentes Femmes thérapeutes, j'ai vécu de nombreuses régressions qui m'ont donné plusieurs fois connaissances de certains épisodes de mes vies antérieurs, pour l'essentiel des incarnations que j'ai vécues dans des corps de Femme. Voila ce que j'ai retenu de mes voyages astraux…

Ames sensibles, respirez-bien.
Si la lecture qui suit vous dérange en profondeur,
C'est certainement que vous avez vécues des vies analogues
Et que votre corps peut encore en témoigner douloureusement…

Malgré ce qui va suivre, je tiens d'abord à écrire que j'ai vécu un nombre impressionnant de vies heureuses où j'ai pu m'épanouir en tant que femme, en tant que mère et même en temps qu'aïeule vénérée par ma descendance. Dans ces incarnations, l'Amour avait certainement une place prépondérante et était le moteur principal de ces bonheurs vécus. Mais pour bien les apprécier, ne faut-il pas découvrir les facettes les plus noires de l'être humain ???

A- L’un d’eux m’a violée alors que je n’avais qu’un an, les séquelles ont été horribles, sous ses coups de boutoir, il avait éclaté mon ventre et brisé mon bassin. Je n’ai jamais pu marcher et je suis morte pourrie par mon premier sang qui n’a jamais pu s’échapper de mon ventre, mon utérus ayant certainement été retourné. C'était une époque ou les bébés, trop nombreux, n'avaient aucun prix.

B- Un autre m’a cousu les lèvres parce que, sur le point d’accoucher, pour préserver mon bébé, je me refusais à lui et ça le mettait en colère. Sa volonté était déjà de faire sentir sa domination à un petit être qui n'avait pas encore vu la couleur du ciel. Pendant trois jours, les mains liées et les jambes entravées, j’ai essayé de me contorsionner en tous sens pour déchirer mes chairs afin que ma fille puisse sortir de mon ventre. Je n’ai pas réussie…Je me suis vidée de mon sang et nous sommes mortes ensemble sous les yeux d’un Homme cruel. J’ai bravé son regard jusqu'au bout, j’étais heureuse que ma fille échappe à ce despote qui l’aurait certainement violée plus tard.

C- Dans une autre vie, des soldats en garnison ont parié sur le bébé que j’attendais, fille ou garçon… Au début, j'ai trouvé ça drôle et je riais beaucoup en leurs compagnies mais quand les paris ont été terminés, deux Hommes m’ont tenu fermement par les bras et les épaules pendant qu’un troisième m’ouvrait le ventre d'un coup de couteau pour en sortir mon enfant. C’était un garçon. Il y eut des cris de joie chez les soldats qui avaient bien pariés. En riant, ils m'ont rendu mon bébé tout ensanglanté. J’ai survécu mais pas lui. Quelques mois plus tard, les souffrances que je ressentais dès qu'un Homme m’approchait étaient telles qu’un jour, à la vue de l'un d'eux à la mine inquiétante, j'ai préféré me jeter tête la première dans un puits où je me suis noyée, heureuse et enfin délivrée…

D- En Inde, en 1912 exactement, je gênais terriblement les religieux d’un temple de Kali qui abusaient de jeunes Devadasis lors de soi-disant rites d’union à la Déesse. Lors de ces orgies organisées par les riches propriétaires brahmanes, ils faisaient couler le sang des Femmes souvent issues de leurs propres familles en introduisant discrètement un phallus en bois muni d'une pointe effilée dans leurs vagins en pleine cérémonie. Ainsi ils pouvaient faire croire à tous qu’ils venaient de s'unir à la Déesse avec une vierge. Parmi ces jeunes filles, beaucoup mouraient d'infection. J’étais alors la meilleure guérisseuse locale et grâce à mes onctions à base de plantes médicinales que me ramassaient mon mari, grand spécialiste des plantes, j’arrivais à en sauver une majorité. Mais une fois guéries, elles restaient prostrées pour le restant de leurs vies ayant perdues leurs magnifiques voix et leurs grâces qui leurs avaient demandées des années d'entrainements. Pour une seule soirée bestiale, elles ne retrouvaient plus aucun soutien dans ces divinités pour lesquelles elles avaient appris à danser et à chanter souvent depuis l'âge de quatre ans. Les Déesses de beauté et d’Amour, qu’elles vénéraient tant auparavant, les avaient torturées dans leurs chairs par la main des Hommes et elles ne pouvaient l'admettre. Pourriez-vous imaginer Jésus entrant dans un monastère pour y mutiler et y violer brutalement toutes les religieuses au nom de Dieu son père, c'est pareil…

E- Dans cette même vie où je dénonçais régulièrement les exactions de ces prêtres, je gênais beaucoup. Étant d'une classe inférieure, j'avais déjà été menacée plusieurs fois et quatre ans avant, ils m'avaient même violée une fois pour l'exemple. Un soir, dans ma maison et sous mes yeux, ils sont venus en force et ont assassiné mon mari. L'un des religieux qui suivait s'est avancé et m'a annoncé que, par Amour pour mon mari, je devais subir le satî. Je compris leur plan machiavélique mais c'était trop tard. Séquestrée chez moi pendant les deux jours de préparation des funérailles, j’ai été droguée et saoulée par ces Hommes de main. Au petit matin, on m’a déposé sur le bûcher funéraire de mon mari. Au moment où le feu commençait à prendre sur mes vêtements, j’ai repris conscience quelques secondes et je les ai vu tous les trois dans leurs vêtements de cérémonie… Ils me souriaient. Au lieu de leurs pardonner leur crime, j’ai fait l’erreur de les haïr et de les maudire pour la postérité des temps. C’est à cause de cette erreur que j’ai dû me réincarner, dans cette vie et dans ma vie précédente, en Homme, seulement pour corriger cette erreur spirituelle…

F- Savez-vous combien de fois on m’a brisé les deux jambes pour que je ne puisse m’échapper et me débattre. Je hurlais mais eux, se vautrant dans mon ventre, riaient confondant volontairement mes cris de douleurs avec des cris de plaisir qu’ils étaient convaincus de me donner… C'est bien connu, les cris d’une vierge violée excitent bien plus sûrement ces charognards que les râles d’une Femme soumise. Une fois leurs plaisirs de bêtes assouvis, s'ils ne me tuaient pas, ils m’abandonnaient dans un fourré à la merci de n'importe quelle bête sauvage. Je devais ramper des heures pour trouver du secours ou mourir étalée dans un fossé ce qui m’arriva plusieurs fois d'ailleurs.

G- Une fois, ils ont été tellement nombreux à me violer, plus de 80, que j’en suis morte d’épuisement. J’avais 18 ans et j'étais encore vierge. C’étaient une troupe de mercenaires qui pillaient les fermes et quand ils m'ont trouvé cachée sous le chaume, ils m’ont promis que si j'étais sage et gentille avec eux, ils cesseraient de torturer mes parents. Je me suis montrée docile mais j'ignorais ce qui allait suivre sinon je me serais donné la mort bien avant. C'est d'ailleurs ce que devait souvent faire un père à la dernière extrémité… Le mien dormait quand ils sont rentrés. Dans la cour, ils m'ont brutalement déshabillé et couché sur un peu de paille. Mes parents hurlaient dans la cuisine alors ils les ont trainés dehors pour qu'ils assistent à la scène… Ça a duré trois jours et deux nuits… Mon dernier regard a été pour eux, dans un dernier souffle, je leur ai dit que je les aimais par-dessus-tout. Ils les ont tué quelques minutes après que je sois morte, un Homme encore dans mon ventre totalement irradié par leurs malversations ininterrompues. Heureusement cela faisait deux jours que je ne sentais plus du tout mon ventre labouré en tout sens. Mais ce n'était pas le cas de mes seins qu'ils avaient mordus plusieurs fois jusqu'au sang. Sur le sein gauche, il n'y avait plus de téton, l'un d'eux s'en était nourrit...

H- Et parfois, c'étaient les mères qui étaient complices. Dans combien de vies antérieures ma propre mère m’a jetée très jeune, souvent autour de six/sept ans, en pâture à mon père pour que ce dernier se soulage sachant pertinemment que pas encore réglée, je ne risquerais pas d’être enceinte avant plusieurs longues années de souffrances. Mais quand mes premières règles venaient, ma mère ne me retirait pas pour autant de la couche paternelle. De toute manière, c’était elle ou moi. Alors parfois dès dix ans, je me retrouvais enceinte de mon père ou d'un de ses copains et je portais un bébé, le corps totalement brisé par les déformations de la maternité. L’accouchement se terminait souvent tragiquement. Mais quand l’enfant et moi-même survivions, chose étonnante, pour la première fois de ma vie, je découvrais l’Amour en prenant ce bébé dans mes bras chétifs. Je ne me souviens pas que l'un d'eux n'ait jamais survécu. Était-il simplement étouffé dans son sommeil ? Je ne peux que le penser, on n'allait pas nourrir une bouche de plus… Moi, j'étais à peine remise que le droit paternel reprenait sa place dans mon ventre… Jusqu’à ce que je meure d'une autre maternité ou simplement étouffée sous un oreiller, une sœur cadette ayant désormais la préférence du père.

Ces hommes, ces hommes virils mais violeurs, des monstres souvent bien cachés d’ailleurs dans toutes les couches de la société… je sais qu’aujourd’hui, des millions d’hommes sympas, chaleureux, des hommes que l’on croit bien, des hommes Vrais, sont capables de se transformer en violeurs et en assassins. On l’a vu récemment en Bosnie et en Croatie sans parler de ce qui continue de se passer en Amérique du Sud et en Afrique où les rites d'excision du clitoris sont toujours en vigueur...

Aux États-Unis, pays parait-il libéral et démocratique, une jeune Femme sur quatre est violée à l’université en toute liberté et en toute impunité... Que faire quand un jeune de 16 ans vous menace de mort avec une arme à feu et que certains de ces copains sont capables de vous tuer si vous le dénoncez à la Police... Et ici en Europe, y compris en Suisse, des cas similaires sont de plus en plus fréquents…

A chacune de mes incarnations dans un corps de Femme, mon Esprit savait ce que j'allais endurer et c'était "mon choix" délibéré. Vivre une quantité impressionnante de souffrances permet de générer une quantité tout aussi impressionnante d'Amour. Malgré les viols, les agressions physiques et verbales quotidiennes, les mutilations et les assassinats, les grossesses incessantes où la vie et la mort se croisaient outrageusement, je savais que seul l’Amour que je serais capable de générer me permettrait de VIVRE mes nombreuses incarnations de Femmes.

C'est là le Véritable Sens de la Vie,
Apprendre à Aimer, tout Simplement…

Et c'est encore là que la Femme intervient… Elle seule a le potentiel spirituel nécessaire pour transcender autant de souffrances en Amour. L'Homme, dans la majorité des cas, se contente de rendre les coups qu'il a reçus, générant bien plus sûrement de la haine et l'entretenant sans cesse. Heureusement, une petite minorité d'Hommes arrive quand même à œuvrer dans le même sens que les Femmes. Mais il ne faut surtout pas les confondre avec ces Hommes qui tirent un profit substantiel en faisant semblant de les aider par la thérapie, la philosophie et par la religiosité.

La force de la Femme réside dans son énergie éthérique qui lui permet de découvrir de l’Amour dans le vol d’un papillon comme dans la beauté d’un motif imprimé sur un voile de tissu. S'émouvoir sur la senteur d'une fleur permet à la Femme de se connecter, consciemment ou non, aux énergies des éléments de la Terre, ce que l'Homme ne fait jamais ou bien trop rarement. Passer des heures à papoter voire babiller, ce que les Hommes considèrent comme des bêtises, permet justement aux Femmes d'échanger de nombreuses émotions qui laissent leurs Cœurs largement ouverts alors que les Hommes pendant le même temps s'appliquent à maintenir les leurs bien fermés, bien étanches contrairement à leurs canettes de bière.

Si les Femmes vivaient profondément ancrées dans la matière comme le font les Hommes, jamais elles n’auraient pu supporter leurs vies de souffrances et de douleurs, aujourd'hui encore et toujours. Elles auraient sombrées dans l'obscur et les Hommes en auraient fait du bétail. Heureusement pour elles, c’est grâce à leurs capacités à développer les arts et la beauté et donc l’Amour qu’elles ont survécu au niveau de vie qui est le leur en ce moment.

Les Hommes, les trouvant bien plus belles, plus sexys et plus intéressantes ainsi parées, ont préféré les mettre dans leurs demeures, d'abord pour satisfaire leurs plaisirs puis pour entretenir le gîte et servir ces seigneurs ensuite. Il faut avouer que c'est quand même mieux pour elles que de vivre dans des enclos avec le reste du bétail avec l'âne d'un côté et la vache de l'autre… Cela vous ferait-il penser à quelque chose ? Mais n'oublions pas quand même qu'à une époque, les Femmes vivaient libres, c'était le temps de Vénération des Déesses.

Mais l’élevage de la Femme n’a en fait jamais cessé et il continue même de progresser. L’industrie moderne, les outils financiers, le confort relatif, ont permis de développer d’autres gammes de produits fortement avilissants. La publicité poussée au paroxysme, entraine beaucoup de Femmes à douter de leurs propres corps et finit par les persuader qu'elles doivent accepter de les mutiler de multiples manières pour plaire à leurs maitres et avoir l'air d'exister en tant que "Femmes"…

Que dire des chaussures à talons trop hauts qui tendent joliment les mollets et qui donnent une allure chaloupée qui excitent énormément les mâles, des chaussures à talons qui génèrent des douleurs dans le dos et qui peuvent aller jusqu'à détruire des disques intervertébraux et qui abiment définitivement les articulations des pieds et des genoux et de la hanche ?

Que penser de cette mode où les Femmes doivent toujours être minces, et pour se faire, elles doivent se serrer la taille dans des vêtements vite inconfortables, surtout en position assise. Cet étranglement, les privant d'une saine respiration qui les alimenterait en Énergie, perturbe d'ailleurs très gravement le travail du hara.

Et que penser de ces collants gainant très électrostatiques censés affiner les fesses et les jambes mais qui bloquent leurs reliances à la Terre. Plus besoin de salles de tortures, il suffit de dire à une Femme qu'elle est trop petite et qu'elle devrait mettre des chaussures plus haute, et la société économise des salles sombres et des bourreaux…

Que dire enfin des chirurgies esthétiques soi-disant réparatrices ? Les faux seins, les faux cils, les fausses dents, les fausses blondes, les faux culs, les fausses apparences...

En ce moment, la mode est aux soutiens-gorges remplis de mousse ou de silicone… C'est très souvent laid, ça grossit la poitrine d'accord mais ça la raidit, elle ne vibre plus. Les empreintes des tétons, fleurs de la Femme, ont disparues laissant des surfaces arrondies sans relief. Parfois, ces bourrelets de mousse décentrent désagréablement les seins et ça se remarque de loin… Est-ce pour mieux provoquer les Hommes ou pour faire plaisir à un seul que tant de Femmes se ridiculisent ainsi…

Mais qu'est devenu le Naturel,
le Profond, le Sacré de la Femme ?

Si ces nouveaux outils ont pu se généraliser ainsi, c’est surtout parce que, depuis 40 ans, les Femmes sont montées au créneau pour rivaliser avec l’Homme au lieu de renoncer à ses tentations. Le serpent du jardin d'Éden, c'est Adam tout simplement. Mais pour ce faire, pour grimper aussi haut, elles en ont oublié leurs sensibilités de Femmes et sont entrées dans des conflits de plus en plus durs qu’elles ne pourront de toutes manières jamais gagner. Elles ne sont pas sur un terrain qui leurs est propice.

Tout ce qui est Matériel est le Terrain favori des Hommes…

Et si les Femmes réussissaient à contrôler la matière, alors c'est que ces Femmes auraient perdues leur identité de Femme. Les Hommes ont réussi à les attirer dans leurs pièges, la société de surconsommation, le paradis terrestre pour certains.

Mais pour y avoir droit, une Femme qui n'est pas indépendante doit souvent se montrer complaisante avec des sous-entendus qu'on préfèrerait ne pas entendre mais qui, même s'ils ne sont pas formulés nettement veulent souvent dire ceci : Ma chérie, je t'offre ce voyage mais si tu n'écartes pas tes cuisses quand je le veux, la prochaine fois, j'y vais avec une autre Femme que toi. Vous l'avez compris, au sous-sol de ce paradis terrestre construit par les Hommes, c’est l’enfer qui y règne.

Et pour alimenter cet immense édifice de la Joie de Vivre, des Plaisirs de la Vie, il y a pleins d'Hommes tous plus faux les uns que les autres... Tellement faux que dès le plus jeune âge,

On leur inculque cette règle No 1 :
"Soit un Homme, mon Fils, un Vrai"…

Un Homme, un Vrai, ça ne se trouve pas à l'état naturel, ça se fabrique et la société sait très bien comment nous imposer les outils pour le fabriquer comme elle le désire… Vrai c'est-à-dire Faux, totalement insensible et imbu de sa puissance de mâle.

Alors l'Homme va se battre toute sa vie pour faire croire qu'il est un Homme, un Vrai et ce combat va déboucher sur l'homophobie. Il aura tellement peur de ne pas être reconnu comme étant un Homme, un Vrai, qu'il va s'enfermer dans des schémas extrêmement réducteurs. A cause de cela, peu à peu, il deviendra de plus en plus faux encouragé entre 20 et 40 ans par des Femmes à la recherche de ces Hommes, ces Vrais. Elles les croient forts et les épousent pour cette raison, pour se sentir protégées, en sécurité, tellement bien en sécurité, qu'un jour, elles se rendent compte qu'elles sont dans un quartier de haute sécurité… Et oui, l'Homme, le Vrai, n'aura de cesse d'enfermer sa compagne et il n'y a rien d'étonnant, il a déjà fait de même pour lui….

Le je t'aime, tu m'aimes, nous nous aimons est devenu :
Je t'enferme, tu m'enfermes, nous nous enfermons…

Et quand une Femme écrit qu'elle veut profiter pleinement de la Vie, peut-elle comprendre qu'elle prend le risque d'affronter ce qu'il y a de plus faux chez l'Homme. Un jour, elle tentera de se dégager de ce marécage dans lequel elle a failli se perdre. Avec beaucoup d'efforts et de souffrances, aidée en cela par sa sensibilité de Femme, elle reviendra sur toutes ces fausses valeurs que l'Homme se distille sans arrêt à grandes images de presse, de télé et de cinéma, de coups de pub, dans un luxe aussi aberrant que scandaleux et en plus, relayé par des Femmes avides de pouvoirs… Trop souvent malheureusement, cette prise de conscience provoque la rupture brutale avec la gente masculine alors que ce serait sûrement le meilleur moment pour rééduquer ces Hommes. Mais tant que la société dans sa majorité et des Femmes dans sa minorité continueront de plébisciter les Hommes forts, les Vrais, cela relèvera de Mission Impossible ou du moins uniquement possible dans une relation individuelle.

Pour être heureuse, les Femmes devraient encourager les Hommes à redécouvrir leurs véritables sensibilités. Certaines le font avec succès, d'autres n'osent pas parce qu'elles croient que c'est trop difficiles pour elles mais c'est surtout parce que la peur du jugement pour l'un comme pour l'autre est certainement l'une des plus grandes peurs à vaincre face aux autres... Pour un Homme, être mal rasé sur la figure, bien rasé sur le crâne, des poils bien visibles partout le rassure…

Avec mes cheveux plutôt longs et des vêtements préférés très colorés j'inquiète les hommes - Peut-être que je préfère les mecs ? – et intrigue les Femmes – Il ne doit pas être normal, faut s'en méfier… Quelle tristesse quand même, tous ces corbeaux qui se prennent au sérieux dans leur costume noir et leur cravate ridicule, cravate qui, au départ, n'était qu'un signe distinctif de soumission à son suzerain au XVIIème siècle… Aujourd'hui, d'ailleurs, ils ont tous le même suzerain qui s'appelle "réussite sociale" et ils se font tous étrangler de la même manière…

Je n'ai rien de tout ce que l'on soupçonne en moi et j'ai toujours possédé cette sensibilité considérée à tort comme féminine à un niveau assez peu commun, même pour les Femmes. C’est au cours de mes très nombreuses incarnations féminines que j'ai certainement acquis tout cela mais dans mes incarnations précédentes, j'étais FEMME et tout le monde me trouvait normale, m’admirait et parfois m’écoutait… Étant Femme, je ne représentais aucun danger pour la société des hommes et je pouvais m’exprimer par la dérision assez facilement sous des étiquettes d’artiste, de danseuse, de chanteuse, de musicienne ou de courtisane parfois.

En tant que Femme, on me pardonnait tous mes écarts de langage quand je dénonçais les abus dont étaient victimes mes congénères… Quoique je dise, je faisais partie du sexe prétendu faible et comme toutes les Femmes, je n'arrêtais pas de me plaindre, du moins, c'est ce que pensaient les hommes… Mais qui a inventé l'expression "Sexe faible" ? Dans les moments difficiles de la Vie, dans les périodes de guerre notamment, les Femmes se sont toujours montrées bien plus fortes que les hommes, elles le prouvent sans cesse malgré le prix qu'elles payent à chaque conflit.

Mais dans cette vie actuelle, je me heurte à un gros problème… Dans le milieu de la thérapie et de l'aide aux autres, les Femmes ont beaucoup de mal à croire en ma capacité à les aider… Pourtant, j'en ai rencontré de tous les styles, des thérapeutes, des chamans, des Femmes qui vantent, chantent et dansent l'Amour, des mystiques qui prient et appellent des Esprits et parlent avec les Anges… Mais d'une manière quasi générale, le fait que je sois capable d’exprimer et de revendiquer cette sensibilité féminine les gêne profondément. C'est leur domaine privé et pour beaucoup, elles croient que cela leur est réservé.

Désolé de contredire ces dames, mais si l'on ne considère que cette vie en cours alors elles ont tout à fait raison. Mais si on considère l'acquis surtout spirituel, disons, sur seulement une centaine d'incarnations précédentes, alors il y a beaucoup à discuter, certaines de ces Femmes qui ne croient pas en l'aide que je peux leur apporter n'en sont peut-être qu'à leur troisième incarnation féminine.

Face à cette majorité de Femmes de qui je ne peux espérer une certaine compréhension, une certaine complicité et une certaine communion, je me rends compte que je deviens gênant et que ces Femmes, ayant tendance à me considérer comme dangereux pour leurs suprématies, préfèrent m'ignorer.

Normal, je suis un Homme...
Pas un "Vrai" certes mais un homme quand même,
et pour beaucoup de femmes, je suis coupable de l'être…


Vision parfaite de la Terre...

Mais à mon instar, vous avez déjà vécus des centaines d'incarnations, des féminines comme des masculines. Il serait bon que chaque Femme s'interroge sur le fait que beaucoup d'Hommes vivraient très différemment et bien mieux si elles faisaient enfin l'effort, de les accepter dans leurs cercles très privés au lieu de les renvoyer systématiquement dans le panier de crabes habituel des Hommes…

Car un Homme sur Sept est d'Essence Spirituelle Féminine et ne vit cette incarnation masculine que pour des raisons de compréhension et d'évolution spirituelle avant de continuer plus tard dans une nouvelle incarnation féminine. Il serait temps que les Femmes en prennent Conscience et qu'elles s'en souviennent pour leur permettre d'accéder à l'Espace du Féminin Šacré… Et si les Femmes ne font pas ce Travail indispensable alors qui le fera ?

Sous la peau d'un Homme se cache peut-être
Votre meilleure Amie d'antan et de toujours.

Il peut être cette Âme-Soeur tant recherchée qui vous apporte Paix, Amour et Confiance depuis si longtemps et ce tout au long de vos nombreuses incarnations communes… Il peut être aussi cet Homme qui est Juste à Côté de Vous... Pensez-y et j'ose espérer que cette lecture vous permettra de modifier votre vision envers les hommes. Les amener à s'intéresser au Féminin Šacré est une très belle aventure que toute Femme peut entreprendre et réussir.



© Pierre pour CROIX de LUMIERE. . .




Version PDF de ce Texte de Croix de Lumière...