La Présence d’Isis à Notre-Dame de Paris…


Paris est la ville d’Isis. Paris ou Par-Isis. C’est sur l’Ile de la Cité, au milieu de la Seine, qu’est construite la cathédrale Notre-Dame. Cette île fut le point de départ de l’ancienne ville de Paris. L’île a la forme d’un bateau et certains l’appellent le bateau d’Isis.

Je me tiens devant la cathédrale Notre-Dame, au niveau du point zéro. Le point zéro est un clou de bronze, représentant le centre géographique d’où les distances à tous les villages et villes de France sont mesurées. Me tenant au centre de la France, je contemple non seulement la ville moderne autour de moi, mais aussi les différentes strates de l’histoire ancienne existant sous l’Ile de la Cité. On peut voir dans la crypte de Notre-Dame les vestiges d’une ancienne muraille romaine construite au 2ème siècle après JC. L’empire romain occupait alors le territoire que l’on appelle aujourd’hui la France. On ressent toujours leur influence dans l’histoire de cette terre. Bien que le mythe d’Isis venait d’Egypte, la déesse était vénérée dans tout l’empire romain. De nombreux temples étaient dédiés à Isis.

Mais revenons au Paris de notre époque. Je suis devant Notre-Dame, et j’observe la célèbre rosace ouest. En silence, je commence à réciter un mantra pour Isis, Isis La Déesse (NdT : en français dans le texte). Ainsi commence mon périple sacré sur l’Ile de la Cité, bateau d’Isis.

J’observe maintenant les 28 statues en pierre des rois de Judée. Elles sont sculptées dans la façade de la cathédrale. Il est intéressant de noter que la Bible ne fait mention que de 19 rois. Les 28 rois représentent le cycle lunaire de 28 jours de la déesse Lune. La rosace ouest, quant à elle, symbolise l’utérus de la Grande Déesse. Les reliefs en pierre forment un livre vivant de connaissance hermétique.

Quand vous passez la porte de Notre-Dame, vous pouvez voir un relief en pierre représentant un évêque qui semble marcher sur un dragon. En regardant plus précisément, on peut s’apercevoir qu’en fait, le dragon s’enroule autour du bâton de l’évêque. Cela signifie que le dragon correspond à l’énergie spirituelle de la Kundalini, qui s’élève depuis les chakras du bas jusqu’aux chakras du haut.

Une fois à l’intérieur de la cathédrale, je traverse la foule de touristes. Je vais allumer un cierge pour la mère d’un ami, récemment disparue. Puis, silencieuse, je m’assieds en méditation, et dis également des prières pour l’âme défunte. A côté de moi se trouve une belle femme noire. Elle est enfermée dans un silence profond. Nous sommes assises ensemble en silence, devant une multitude de flammes de bougies vacillantes. Nous prions devant une statue de la Vierge à l’Enfant, statue mieux connue sous le nom de « Notre Dame de Paris ». Pendant ce temps-là, les guides touristiques montrent à de grands groupes les différentes attractions de la cathédrale.

Les touristes, inconscients, ne réalisent pas qu’ils sont dans un lieu de prière. En dépit de cela, nous continuons nos méditations. Au moment de me lever pour partir, la femme noire et moi-même établissons un contact oculaire. Nous nous découvrons, d’âme à âme. Je ressens que l’archétype de la Vierge noire est incarné dans cette femme, devant moi. Ses yeux reflètent son âme. En me regardant profondément dans les yeux, elle dégage une impression de douce tristesse. Je suis ouverte, réceptive. L’espace d’un instant, nos âmes sont en communion. Puis, je me mets à traverser la cathédrale.

Je me dirige maintenant vers la Chapelle de Marie-Madeleine. Un épais rideau noir drape la chapelle, et il me faut contourner le rideau de la tête pour apercevoir l’image de Marie-Madeleine peinte sur le mur. Elle lave les pieds du Christ, tandis qu’au-dessus d’elle, Judas se tient debout avec un sac d’or accroché à la ceinture. Ce qu’il y a d’intéressant dans cette image est le fait que le sac d’or est posé à même le dos de Marie-Madeleine. Dans les temps anciens, les reines recevaient souvent leur poids en or. La lignée matriarcale des reines initiait les hommes afin qu’ils deviennent rois.

Suis-je en train de regarder un symbole hérétique ? Cela signifie-t-il que Marie-Madeleine vaut son pesant d’or ? Judas a trahi le Christ, mais l’Eglise a aussi trahi Marie-Madeleine.

Puis je me dirige vers la sortie de l’église. Je contemple les plafonds au-dessus de moi. L’architecture sacrée du plafond en forme d’arc vous donne le sentiment de passer par un canal géant au moment de la naissance. Une fois sortie, je me mets à étudier le relief en pierre sur le côté gauche de la cathédrale. Trois reliefs se suivent. L’un des reliefs représente Marie-Madeleine tenant son pot en albâtre. Les deux autres montrent une écrevisse et le Christ tenant l’agneau sacrificiel.

J’ai pu voir certaines de ces images dans le tarot de Marseille. On disait que l’ancien jeu de tarot dissimulait le savoir secret de Marie-Madeleine. En France, ce jeu de tarot a fait surface dans le sud dans les années qui ont suivi la dissolution de l’Ordre des Templiers en 1307. Les Templiers étaient les architectes mystiques des cathédrales médiévales. Ils honoraient également l’aspect féminin du Divin, qu’ils reproduisaient symboliquement dans leurs ouvrages médiévaux. Ils croyaient que Marie-Madeleine était la femme de Jésus Christ et qu’ensemble, ils eurent une fille. Ils furent condamnés pour hérésie par l’église et le roi Philippe. Tous ne furent attrapés et certains s’enfuirent vers l’Italie, les Pyrénées, ainsi que l’Ecosse. Les premiers jeux de tarot provinrent d’Italie, puis voyagèrent jusqu’à Marseille. Je pense qu’une grande partie de la symbolique hérétique est dissimulée dans le jeu de tarot de l’époque. A mon sens, la carte de la Lune dans l’ancienne version du jeu dépeint les croyances des Templiers.

Maintenant, rappelez-vous que nous observions la façade ouest de la cathédrale, représentant la Grande Mère lunaire. La carte de la Lune dans ce jeu de tarot montre l’image de la même écrevisse se cachant dans les profondeurs de l’eau. Elle ne peut quitter son domaine aquatique car deux chiens féroces se trouvent devant l’eau. La partie supérieure de la carte montre une image de la Lune éclipsant le Soleil. A l’arrière-plan, on distingue deux tours. La première fois que j’ai vu cette carte, j’ai compris la symbolique hérétique derrière ces images.

L’écrevisse représente en réalité l’ancienne image du crabe, qui est le symbole astrologique du signe du cancer. Le Cancer est le signe de la Grande Mère, la Déesse Lune. L’écrevisse se cache dans les profondeurs de l’eau, par peur de sortir. Par ailleurs, le corps de l’écrevisse a aussi la forme du pénis d’un homme.

L’éclipse lunaire symbolise le Mariage sacré, mieux connu sous le nom de Hieros Gamos. Ce mariage consacre l’union de la reine-prêtresse et du roi sacré. Les deux tours au loin ont également un sens profond. Le nom Madeleine signifie en effet tour. Il y a deux tours ! Les chiens symbolisent l’Eglise catholique et le pouvoir politique de l’époque.

La Grande Mère en tant que reine-prêtresse est représentée par Marie-Madeleine. Le Mariage sacré unit le Christ à Marie-Madeleine. Mais la vérité de leur union ne pouvait être révélée ouvertement à cause de l’Eglise catholique et du pouvoir politique de l’époque.

A mon sens, les deux tours représentent Marie-Madeleine et sa fille, dont on pensait qu’elle était à l’origine de la lignée royale mérovingienne.

Le relief en pierre suivant montre le Christ tenant l’agneau sacrificiel. S’agit-il de la véritable histoire de Marie-Madeleine sacrifiée par la doctrine de l’Eglise ? Combien de personnes ont été sacrifiées pour dissimuler la vérité ? La signification traditionnelle de la carte de la Lune est la dissimulation ou les connaissances cachées. Ce que l’on peut lire sur les murs de Notre-Dame est très intéressant.

Je me mets maintenant à marcher sur l’Ile de la Cité. Silencieusement, à chaque pas, je continue de réciter mon mantra « Isis, la Déesse ». Mes pas me mènent vers le gouvernail de son bateau. Là, au milieu du grand fleuve qu’est la Seine, au bout de l’Ile, j’entre dans un jardin. Une enseigne est dédiée aux martyrs de Paris. Ce site est devenu un mémorial érigé en souvenir des 200 000 Juifs français qui ont trouvé la mort dans les camps de concentration nazis. Le mémorial est sous terre, indiquant les noms de tous ceux qui sont morts. Il est intéressant de noter qu’un mémorial rappelant cette tragédie ait été placé à l’endroit du gouvernail du bateau d’Isis. Je fais une offrande de fleurs, puis continue mon chemin, en récitant des prières en silence.

Mon périple sacré m’emmène à l’autre bout de l’île, qui serait la poupe du bateau d’Isis. Là se trouve le square du Vert Galant. Encore un parc nommé d’après le roi Henri IV. C’est là que le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, fut brûlé sur le bûcher en l’an 1314. Mon mantra continue en silence, pendant que je fais une offrande de fleurs à ceux qui ont perdu la vie tragiquement.

Puis mon parcours m’emmène au milieu de l’île d’Isis, où se trouve la Sainte-Chapelle. La petite chapelle médiévale fut construite par Henri IV, qui fut plus tard canonisé. Le but de cette chapelle fut d’abriter les reliques du Christ. La couronne d’épines et une partie de la sainte lance furent exhibées dans cette chapelle en 1239. Elles n’y sont plus. Ce qui reste est une architecture ancienne, un véritable joyau de beauté. Le rez-de-chaussée est peint en bleu foncé et des milliers de petites fleurs de lis dorées ornent le mur. La fleur de lis était le symbole de la royauté, mais sa signification ésotérique était l’utérus de Marie-Madeleine.

Puis je monte au premier étage en passant par une étroite cage d’escalier en pierre. Là, je trouve les vitraux les plus spectaculaires d’Europe. L’histoire de la Bible y est racontée sur quantités de petites fenêtres créant un livre vivant en couleur et lumière.

Lentement, j’avance dans l’allée centrale de la chapelle, récitant en silence et sans cesse mon mantra. Les deux côtés de l’église sont remplis de touristes. Puis je baisse le regard vers mes pieds et vois que je me tiens sur une grande fleur de lis encastrée dans le sol…

J’ai maintenant fait tout le tour du bateau d’Isis. Tranquillement, je réfléchis sur ce que j’ai vu, avant de retourner à la fontaine Saint-Michel pour y rejoindre Andreas, mon compagnon et partager avec lui un somptueux dîner français.

Raylene Abbott traduit par Olivier Vinet

Version PDF de ce Texte de Croix de Lumière...