Cheminer vers la Lumière sans Trébucher…

Faire un site aussi vaste que celui-ci n’a de véritable sens que si c’est dans le seul but de partager l’expérience d’un cheminement afin d’apporter une aide significative à celles et à ceux qui font où qui veulent faire l’effort de progresser autrement que dans la position sociale et dans la matérialité. Apporter une aide aux autres, c’est bien sûr l’engagement que Pierre a pris et c’est avec beaucoup d’humilité qu'il se présente à vous pour partager son aventure de la conscience.

Jamais il ne s’était intéressé à la spiritualité, à l’ésotérisme et encore moins à une quelconque forme de mysticisme. Il a toujours été quelqu’un de très cartésien, particulièrement à l’aise dans toutes les techniques de constructions et pour lui n’existait et ne pouvait exister que ce qu'il pouvait toucher, palper et travailler de ses mains. Les seules formes d’énergie qu'il comprenait allaient de l’électricité à la foudre.

Mais en pleine canicule 2003, il s'est retrouvé confronté à des évènements étonnants et il a bien dû admettre que l’impossible n’avait plus aucun sens et qu’il existait forcément un monde "invisible" mais très présent et très actif. Au lieu de bloquer sur des évènements surprenants qui se présentaient à lui, Pierre a fait le choix de TOUT accepter mais en conservant, grâce à ses qualités d’analyse et de synthèse, une totale lucidité. Mais, il doit l’avouer, ses qualités ont souvent été mises à rudes épreuves. Au-delà des sciences, au-delà du big-bang, il y a forcément quelque chose de bien plus fort sinon nous ne pourrions ni les découvrir ni même exister.

Rendu très prudent sur certains cheminements très en vogue, Pierre s'est imposé une discipline très sévère qu'il avait appris à utiliser au quotidien dans son métier, l’obligation de résultat... combien ça coûte, combien ça rapporte, qui fait quoi, pourquoi, combien… mais hors matérialisme bien sûr. Ce travail pratiqué au quotidien a été loin d’être anodin car s’observer et se jauger constamment permet, quand on est sincère, de vérifier et surtout de rectifier la direction choisie. Quoiqu’on en dise, l’état du corps ne fait que refléter l’état du Cœur, ils se raidissent ensemble mais peuvent aussi s’alléger de concert quand ils fusionnent vraiment.

Quelques règles de base pour le choix d’un cheminement :

Un cheminement incohérent ou superficiel ne peut que faire apparaitre de nombreuses tensions dans tout le corps même, et surtout, s’il a lieu dans un environnement religieux ou spirituel bien connu. Si l’enseignement est en décalage avec les aspirations de la personne, alors des dissymétries apparaitront rapidement, une partie du corps subissant, alors que l’autre accepte. Cela provoque un véritable conflit intérieur qui peut se traduire par un raidissement des épaules et de la nuque. Sur le visage, certaines rides peuvent s’accentuer provoquant un morcèlement important des joues. La personne qui se lance dans un cheminement douteux prend souvent un coup de vieux et l’absence de lumière dans son regard parle d’elle-même en générant une tristesse lancinante significative d’une absence de joie.

Il n’y a de véritable cheminement que dans la Joie…

Un véritable cheminement rend le Cœur léger et paisible. Les nombreuses contraintes dissimulées dans les fibres du corps, ce qu’on nomme la mémoire cellulaire, peuvent se réduire d’elles-mêmes au point de disparaitre dans une très grande proportion. L’harmonie et la souplesse générale du corps s’améliorent en laissant l’impression d’avoir rajeuni, impression qui est souvent confirmé par l’entourage. Le regard devient de plus en plus lumineux, pétillant et une telle personne se fait remarquer simplement par sa présence. L’agitation ne fait plus partie de sa vie car dans ses nouvelles convictions intérieures, le Moment Présent a pris une véritable signification, celle de tout vivre par conviction et non plus par obligation. Laver une assiette par obligation est pénible, laver la même assiette en étant convaincu que quelqu’un sera content de la trouver propre est une conviction. Et ce n’est que pour une assiette.

Les premières étapes dans les structures socialement reconnues :

Pour commencer son cheminement, Pierre a eu besoin de suivre des stages de yoga et de méditation. Puis, au fil de ses rencontres, il a choisi de faire appel à des thérapeutes d’abord, à des chamanes ensuite et ce, dans diverses formations spirituelles auxquelles il adhérait d’ailleurs un peu trop facilement. Son avantage était d’ordre financier, ses moyens limités lui ont permis d’éviter certains pièges ou écueils où, au début, on vous assure des prix corrects, parfois la gratuité, pour mieux vous ferrer mais où ensuite, on vous présente toute une boutique d’articles, de soins, de livres très couteux qui seraient tous indispensables à votre cheminement. C’est en percevant la colère sur le visage de son interlocuteur suite à un refus de sa part de payer le prix fort que Pierre a commencé à comprendre que beaucoup de cheminements proposés n’étaient que des voies de garage débouchant sur des gouffres financiers. Le cheminement spirituel ne devrait rien avoir avec nos moyens financiers, il est inconcevable d’imaginer une seconde que seules les personnes financièrement à l’aise pourraient aller à la rencontre du Divin…

Les religions ne sont-elles pas d’énormes sectes ?

Si les religions chrétiennes en vigueur dans nos pays permettaient de réellement cheminer, on en verrait l’effet d’abord sur les visages de leurs dirigeants. Les femmes y seraient actives au lieu d’en être rejetées mais quand même exploitées et particulièrement maltraitées par le mensonge du péché originel.

L’idée de devoir se prosterner, de s’abaisser et de fermer les yeux, de se culpabiliser au point d’aller pour certains jusqu’à la flagellation est apparue totalement fausse à Pierre. Nous sommes tous issus de la Source et possédons tous une part divine que nous devons simplement reconnaitre. Pour rencontrer le Divin, nous devons marcher bien droit à sa rencontre, être sincère dans nos aspirations et en paix dans notre corps. Cela, les religions nous l’interdissent prétextant que le seul cheminement pour rencontrer Dieu est d’intégrer les structures de leurs églises et que toute personne qui part dans un cheminement individuel ne peut que se leurrer et sombrer en enfer.

Essayez de grimper une montagne en vous tenant main dans la main avec des centaines d’autres personnes disposées en boucle tout autour ? Personne ne progressera de plus de quelques mètres alors qu’un solitaire trouvera la voie, reviendra, prendra en charge quelques personnes et les aidera sur le chemin qu’il a ouvert. Ces personnes, après avoir atteint le sommet, redescendront pour faire de même. Elles pourront également témoigner de ce qu'elles ont vu et de ce qu'elles ont perçu...

C’est dans la Solitude que nous pouvons découvrir comment aider les autres…

Côté new-âge, Pierre n'a jamais percuté pour la danse de l’ours au son des tambours chamaniques, il a trouvé cela assez balourd. Dans des week-ends spécifiques, il a vu des personnes partir en transe mais du fait de l’absence de progression réelle, il n'a pu que constater que ce n’était que des délires individuels qui ne faisaient que durcir ces personnes. Changer l’état de son corps par l’usage de certaines drogues hallucinogènes, est-ce que ça peut permettre de fusionner le Corps et l’Esprit ou est-ce que ça ne fait qu’élargir la fissure existante ?

Pour ce qui est de l’apprentissage de certains Yogas, Pierre a très vite perçu l’agressivité physique allant parfois jusqu’à l’intrusion dangereuse d’un professeur qui ne sait que développer le côté physique de son enseignement. La base du Yoga, c’est en tout premier le contrôle de la respiration dans le seul but de réduire la présence de l’ego. Une fois ce contrôle enclenché, il est déjà plus facile de faire travailler son corps afin de réussir à le fusionner avec son esprit. Et c’est là que prendre l’énergie à l’inspiration et vider ses tensions à l’expiration prend sa force en tant qu’outil de guérison. Mais combien de professeurs de Yoga sont à l’aise avec cela ! Très peu...

Côté lecture, l’étude des évangiles apocryphes et de textes très anciens tels que la "Pistis Sofia", toujours interdits par le Vatican, ont présentés à Pierre une notion de "Dieu" bien plus simple que toutes celles qui nous sont encore enseignées mais surtout imposées par cette religion de plus en plus controversée et accusée. En même temps que les apôtres, les juifs et les arabes ont mis par écrit les évènements qui se sont passés chez eux et que Rome, en 2.000 ans, n’a jamais pût détruire. Chez les orthodoxes, Marie-Madeleine est la plus Sainte des Femmes, pas une prostituée et chez eux, l’étude de la Pistis Sofia est encouragée.

Chez les bouddhistes, la concurrence entre les huit écoles présentes en Europe a laissé Pierre profondément dubitatif. Dans un institut Kaguy, il s'est fait mal voir parce qu'il était venu avec un document provenant d'un centre Karmapa. Le problème est que chacune de ses écoles, plus de 200 au Tibet, affirme détenir LA vérité… Or depuis son passage au travers du bouddhisme, Pierre est convaincu que la Vérité ne peut exister simplement parce que ça figerait tout dans un immobilisme terrifiant. Or l’Univers vibre et de plus en plus fortement d'ailleurs...

Dès ce moment, il a fait le choix volontaire de se redresser de lui-même, de reprendre sa véritable place dans l’Univers et de dire OUI à tout ce qui lui a été proposé par la suite. Partir ainsi à l’aventure peut paraitre dangereux mais il comparerait volontiers son cheminement à une traversée sur une corde raide tendue entre deux mondes, le monde terrestre et le monde céleste. Le véritable danger n’est pas de se lancer aveuglément dans cette traversée mais de s’immobiliser en plein milieu ou pire encore, de choisir de faire demi-tour. Mieux vaudrait alors ne rien avoir tenté. Mais faire le choix de rester sur l’autre rive, n’est-ce pas se retrouver comme une minuscule coquille de noix à la merci des éléments ou plutôt totalement dépendante de notre environnement familial, social et religieux !

Organiser sa pensée par l’écriture…

Pour mieux comprendre les évènements de sa vie, Pierre a choisit d’écrire. Cela présente un immense avantage, celui de pouvoir se relire et de se corriger… quelques semaines ou quelques mois plus tard, de se relire à nouveau, de comprendre différemment, de modifier ses écrits jusqu’à ce que quelque chose de vraiment cohérent et constructif en ressorte. C’est surtout par cette pratique que Pierre a pût se tenir à distance du délire, malheureusement trop fréquent chez beaucoup de personnes qui n’ont pas jugé utile d’en faire autant.

Finalement, c’est en conservant très actives ses capacités d’analyse et de synthèse que Pierre a évité beaucoup de pièges et de leurres. A plusieurs reprises, il n'a pas hésité à s’éloigner de personnes qui avaient et qui ont toujours une aura médiatique importante mais uniquement sur ce plan là pour certaines. Pour lui, ces personnes ne font que propager des préceptes ou des enseignements qui avaient de réelles valeurs à une époque donnée, dans un environnement bien défini mais qui sont largement révolus dans nos sociétés actuelles.

Nous pouvons choisir d’en faire autant avec la même détermination...

Bien qu’une immense majorité de religieux soient des hommes, un cheminement hors des sentiers pavés des églises s’avère bien plus facile sur le plan spirituel pour les femmes que pour les hommes. La légèreté féminine que leur reprochent les hommes n’est qu’une immense aptitude à entrer en relation avec le monde spirituel qui nous entoure. A l’opposé et d’une manière générale, les hommes sont souvent trop ancrés dans le contrôle de l’action, dans la puissance de la matière et surtout dans le paraitre où ils ne cessent de vouloir prouver qu’ils sont un homme, un vrai. Ils veulent construire, posséder, encore et encore, toujours plus, toujours plus gros... C’est une ancre terrifiante que beaucoup ne pourront jamais faire bouger et encore moins se libérer.

Il est vrai qu’un vrai cheminement pose toujours des problèmes matériels, ce qui est d’ailleurs indispensable pour mieux se rendre compte de la futilité des valeurs. Les femmes qui souhaitent se lancer dans une telle recherche doivent être vraiment très motivées surtout si elles ont encore des enfants à charge. Souvent, il vaut mieux attendre d’être seule simplement parce qu’il est déjà difficile de réussir à contrôler son ego et qu’il est impossible d’intervenir sur l’ego d’un compagnon qui ne ferait pas la même démarche. C’est en cherchant à s’élever, que l’on prend conscience des tentatives de l’autre pour vous rabaisser à son petit niveau et que l’on voit les ravages d’un ego démesuré sur les autres.

Chez les hommes, il y a quand même quelques exceptions, une minorité est tout de même capable de se libérer rapidement des valeurs de pouvoir si importantes pour la gente masculine et d’arriver à une légèreté comparable à celles des femmes. Ils réussissent à faire émerger le Féminin qui est en eux, c'est-à-dire des qualités qui ne sont normalement acceptées que chez les femmes, l’émotivité, la sensibilité, la véritable compassion. Ces qualités sont souvent répertoriées comme étant des défauts chez beaucoup d'hommes, des faiblesses "normales" chez les femmes alors qu’elles sont des leviers impressionnants pour progresser dans l'Amour de l'Univers.

Il faut tuer l’ego…

Ah cet ego… Tout le monde en parle mais souvent très mal. Avoir de l’ego ne veut pas dire que la personne est égoïste, tout simplement parce qu’il y a en chacun d’autres facultés telles que l’intuition ou l’inspiration qui en module les effets. Les autistes sont souvent démunis d’ego et de ce fait, ils ont d’immenses difficultés à prendre leur place dans la société.

L’ego permet de concrétiser d’une manière pratique ce qui n’est, au départ, qu’une perception intuitive. C’est souvent le cas des artistes qui réussissent à conserver une grande humilité devant leurs réalisations. Tuer l’ego est donc une notion stupide car c’est justement grâce à lui que nous pouvons évoluer dans la société en créant de milliers de manières différentes. Sans création, la présence humaine n’a plus aucun sens. L’ego est aussi un outil utile pour nous défendre de personnes à l’ego furieusement acéré et qui ont fait des choix de vie particulièrement agressifs, du voyou de quartier, au directeur d’entreprise pour certains.

Nous devons simplement apprendre à contrôler notre ego et à réduire ses intrusions notamment par des pratiques très simples telles que l’écoute de la respiration, base de toute méditation sérieuse. Depuis que vous avez commencé à lire ce texte, combien de messages négatifs votre ego vous a-t-il déjà envoyé ? Si vous en êtes arrivé là, c'est que ce n'était pas très important, bravo...

Détendez-vous, expirez calmement puis inspirez profondément…

Faites ce cycle deux ou trois fois de suite avant de reprendre la lecture de ce texte… Après ce petit exercice, pouvez-vous vérifier combien de messages négatifs sont encore présents en vous ? Beaucoup moins certainement et peut-être avez-vous envie de continuer cette lecture… Si c’est le cas, Pierre vous en remercie.

L’espace favori de l’ego, c’est le doute sous des centaines de formes différentes que les moyens d’information ou plutôt de désinformation alimentent sans cesse. On vous impose de vivre dans la peur et si vous vous laissez déborder par les alertes incessantes de votre ego, vous ne pouvez qu’hésiter à faire le premier pas… Et si vous le faites quand même, d’autres alertes bien plus insidieuses vous envahiront.

Vos peurs vont alimenter vos souffrances, Vos souffrances vont légaliser vos peurs…

C’est sans fin à moins que vous preniez la décision de rompre ce cercle désastreux. Si vous voulez entamer un véritable cheminement, l'expérience de Pierre peut vous aider à trouver en votre for intérieur, les motivations nécessaires. Nous sommes des millions de personnes à avancer, consciemment ou non, sur un véritable chemin d’élévation. Mais souvent nous ne savons absolument pas vers quoi nous diriger et nous préférons alors faire confiance à des personnes que nous croyons très compétentes en la matière. C’est incontournable... Seuls, nous marchons et remarchons dans nos propres traces. Pour nous en dégager, nous devons accepter l’aide des autres, du moins le temps de grimper une ou deux marches de plus.

Accepter l’aide des autres même si ce n’est que pour un court instant :

Ces autres, que ce soit des religieux, des thérapeutes, des chamans, ou des enseignants de tous genres, et que nous avons rencontrés au hasard de nos recherches, nous les avons d’abord perçus de notre position de débutant, d’en bas. Ils nous sont apparus bien campés sur leur piédestal et ça nous a rassurés. Spontanément, nous leurs avons donné des valeurs qu’ils étaient souvent bien loin de posséder et nous les avons écouté avec une grande attention. Mais, un jour, une cassure s’est produite et nous nous sommes rendus compte que nous ne pouvions plus leur accorder la même confiance qu’au début. Face à notre "révolte", certains ont voulu prendre des positions autoritaires à l’opposé de leurs enseignements. Leur générosité de départ ne dépendait que de notre acceptation financière régulière.

En quelques secondes, nous ne les percevons plus aussi haut qu’avant, pas parce qu’ils sont redescendus mais parce que c’est nous et nous seuls qui avons continué de grimper alors qu’eux ne font que stagner. Trop souvent, ces personnes qui se sont engagées dans l’aide aux autres, se sont rapidement immobilisées en chemin, entre les deux mondes. Elles sont devenues incapables de continuer leur progression individuelle, convaincues d’avoir trouvées leur place, ce qui est vrai d’ailleurs.

Heureusement ce n’est pas encore notre cas et nous devons prendre conscience que si nous voulons progresser loin, nous devrons, après y avoir trouvé un réel enrichissement spirituel, chaque fois dépasser ces personnes et surtout ne pas nous agglutiner autour d’elles pendant de trop longues années. C’est malheureusement ce que font bien trop de personnes, y compris dans les religions dissidentes de Rome.

Finalement, ceux que nous avons d’abord pris pour des guides, des gourous, se révèlent comme n’étant que de simples poteaux indicateurs placés au bord de notre chemin. Très peu parmi eux trouveront la volonté de rompre leurs attaches et de reprendre leur progression. Pour la majorité, ils sont figés dans leurs convictions qu’ils jurent comme étant vraies et que parfois, ils auraient reçues d’une source divine que l’on ne peut mettre en doute sans risquer l’enfer. Si nous doutons de leurs propos, alors ils nous déverseront pleins de preuves de leur "bonne foi", preuves toutes aussi superficielles les unes que les autres. Alors, sans le moindre regret, nous ne devons pas hésiter à leurs tourner le dos et à les laisser derrière nous. Continuons nos efforts mais seuls et sans eux.

Avons-nous fait le bon choix !

Mais comment pouvons-nous savoir si, en repartant sur une nouvelle étape, nous avons fait le bon choix ? Ne comptons surtout pas sur les autres pour nous le dire… Quelqu’un qui est quelques marches au-dessus de nous pourra facilement nous tendre la main pour nous aider, mais quelqu’un qui est resté en contrebas ne nous tendra la main que pour nous tirer vers le bas. Et en bas, il y a une foule, en haut, le Ciel avec très peu de monde… Choisir de tendre ses mains vers le Ciel est certainement l’acte le plus courageux que nous puissions faire et Pierre vous encourage à le faire. En plus, c’est gratuit… ou presque, l’investissement étant dans d’autres plans de conscience.

N’oublions jamais que les conseils que l’on peut nous donner sont tous forcément bloquants car TOUJOURS issus de l’ego de personnes souvent peureuses. Plus grave, elles sont persuadées de nous aider en nous retenant par des moyens souvent à la limite du chantage affectif. Pourquoi les personnes capables de donner des tas de conseils sont-elles incapables de se remettre en cause ? Pourquoi vont-elles se mettre en colère si vous ne les écoutez pas ? Parce qu’elles savent que si nous ne les écoutons pas, nous nous éloignerons rapidement d’elles, les laissant enfouies dans leur marécage personnel d’où elles nous rendront coupables de leurs maux.

La Présence de l’Univers :

A l’opposé des conseils qui rabaissent, nous devons nous convaincre seuls qu’au travers de nos pensées, de nos moments d’intuition, de nos inspirations et même de certains rêves, tout pleins de messages "cachés" nous parviennent au fil des jours, et ce depuis notre petite enfance. Mais généralement, nous préférons tous considérer que c’est seulement un petit délire momentané. Cela peut parfois être vrai… les délires existent mais pas toujours et c’est d’ailleurs très facile à vérifier par soi-même.

Quand c’est un petit délire, cela veut seulement dire que c’est notre ego qui essaye de nous jouer un tour de plus en se servant de tous les souvenirs contenus dans nos mémoires, souvenirs qu’il malaxe aisément avec les éléments des circonstances présentes. Il faut bien comprendre que l’ego n’a pas pour vocation de nous rendre heureux, il a seulement pour vocation de nous retenir dans le magma social en nous emprisonnant dans des conventions sociales, morales et religieuses qui n’ont vraiment rien de spirituelles.

Seulement l’ego a une faiblesse importante… Pour se mettre en route, il a besoin d’un temps de préparation minimal d’au moins une demie seconde, le temps pour lui de trouver l’argument qui réussira à détourner notre véritable attention. Hors, un message à caractère spirituel nous parvient toujours à la vitesse d’un coup de pétard, le bruit en moins… Un centième de seconde avant, il n’y avait rien et un autre centième de seconde plus tard, il peut ne plus rien y avoir… L’ego arrive toujours après et son premier travail est de masquer ou de détourner à son avantage le message reçu. Il nous dira toujours que nous avons rêvé et corrigera le coup de pétard de 36.000 manières possibles.

Mais si nous nous concentrons sur cet éclat très court, il y a de fortes chances pour que, dans la "minuscule" faille temporelle qui s’est ouverte, nous avons pu être inondés d’une émotion fabuleuse dont le contenu peut aller d’un simple encouragement à continuer dans ce sens ou à une réelle vision d’un moment important de notre Vie présente. Cela peut concerner un moment très particulier dans une de nos vies antérieures simplement pour y retrouver un élément qui nous serait très utile en ce moment présent quelque soit nos difficultés actuelles.

La Réalité de nos Vies antérieures…

Cela nous impose tout de même de croire en la réincarnation, un sujet très délicat, voire interdit, dans le monde chrétien puisque pour eux, le jardin d’Éden n’est censé exister que depuis seulement 6.000 ans… Pourtant, il suffit d’étudier sérieusement la Bible pour découvrir de nombreuses allusions à la réincarnation notamment dans le nouveau testament quand les Rabbins demandent à Jésus s’il ne serait pas la réincarnation d’Elie, le prophète, dont le retour est attendu avec impatience car prévu de longues dates dans les textes sacrés.

Bien sûr que nous avons tous déjà vécu de nombreuses incarnations et que parfois, nous pouvons même être autorisés à en explorer une dans le seul but de nous aider à retrouver un "outil" qui nous aiderait dans notre progression ou dans l’aide aux autres que nous avons choisie de pratiquer. Pourquoi une personne va-t-elle se passionner "sans raison apparente" pour un pays, une civilisation, une culture ou un art particulier ? Simplement parce qu’elle y a déjà vécu, parce qu’elle y a fait des choses constructives lors d’une de ses vies antérieures. C’est beaucoup plus évident à comprendre dans l’expression artistique où pour beaucoup de personnes, "c’est inné"… c’est né bien avant.

Les perversions des formes-pensées, le plus gros danger :

Quand nous favorisons le travail de l’ego, ce que beaucoup appellent leur "libre arbitre", nous pouvons malheureusement recevoir des messages en provenance des zones sombres et obscures de l’Univers, zones qui sont contrôlés par de puissants égrégores d’origines humaines, ce que l’on appelle aussi des formes-pensées. Ces dernières déversent sans cesse sur la Terre des quantités impressionnantes de fausses valeurs.

Une mauvaise pensée quotidienne et partagée par de nombreuses personnes va forcément créer un égrégore. Le pouvoir de ce dernier dépendra de la durée dans le temps et du nombre de personnes qui y participent que ce soit d’une part active ou passive. Les médias sont les plus gros producteurs d’égrégores et ils nous les déversent sans arrêt sous une variante très à la mode, la peur de la maladie, la peur d’un cancer, la peur de la mort, la peur de vieillir, etc…

C’est parce que nous laissons ces égrégores nous envahir que nous devenons fragiles. La peur d’avoir un cancer va certainement avoir pour effet de provoquer un cancer que nous n’aurions jamais eu si nous étions restés dans la Confiance. Il ne sert à rien de se bourrer de compléments alimentaires, de minéraux, d’oligo-éléments si nous sommes incapables de nous libérer de nos peurs. Manger sain parce qu’on a peur de s’empoisonner est-ce vraiment utile ? L’empoisonnement de notre corps par les peurs intestines est autrement plus puissant que tous ces produits chimiquement modifiées, par ses fruits et légumes sans goût mais surtout sans énergie. Les peurs nous pourrissent la vie et ce n’est pas une métaphore.

Mais si nous sommes en Paix, d’où l’intérêt de la méditation et de la prière sincère et personnelle, les égrégores qui nous envoient ces messages chargés de peurs sont obligés de passer par l’ego individuel pour réussir à se faire entendre et ça va leurs prendre beaucoup plus de temps. Il leurs manquera toujours la spontanéité qui seule, nous garantie l’Origine Lumineuse d’un message en provenance de l’Espace lumineux de l’Univers, l’éclair que Pierre compare à un coup de pétard spontané mais sans le bruit.

Il n’y a que si nous nous maintenons dans l’agitation et dans la crainte de trébucher que nous pouvons être trompés. C’est tellement plus facile de croire les autres que d’écouter en soi. Pierre vous invite à être d’une très grande prudence sur les soi-disant bienfaits de certaines danses rituelles censées nous relier aux énergies de la Terre, des danses qui sont présentées comme susceptibles de nous aider à nous recentrer mais qui ne font que nous tirer vers le bas pour ne pas dire nous enterrer.

Quand, dans certains groupes, on nous parle de la nécessité qu’il y aurait pour nous de nous ancrer à des énergies de la Terre, des arbres, des animaux ou des lacs, fuyons vite si nous ne voulons pas nous retrouver à tirer une ancre vraiment trop lourde parce qu’elle aura été chargée de peurs et de souffrances qui ne nous appartiennent pas mais que des chamans, ignorants pour beaucoup, peu scrupuleux pour d’autres, ont déposé dans notre panier, à notre insu et moyennant finances le plus souvent. Les thérapies de groupe n’enrichissent que le groupe et rarement l’individu.

Mais malgré ce tableau assez sombre, il y a de plus de personnes, des femmes comme des hommes qui œuvrent pour le bien de tous et qui ont trouvé le moyen de se relier à l’Univers. Nous pouvons les reconnaitre facilement par la chaleur qui se dégage de leurs regards, par la force intérieure qu’ils génèrent naturellement et par le fait qu’ils nous laissent libre de nous exprimer et que jamais ils ne nous imposent telle ou telles solutions. Ils nous respectent en tout et nous avons une envie naturelle de les respecter, le respect n’étant que la première marche du partage...

Un faux thérapeute va s’approcher de nous pour se saisir de nous,
Un vrai thérapeute attendra que nous fassions les premiers pas…
Et pour nous, c’est ça qui fait la différence, car nous entrons dans l’action.
? ? ? Souhaitez-vous continuer ? ? ?

Alors Pierre vous invite à faire une révision des nombreux évènements qui ont jalonné votre Vie, un peu comme de reprendre les photos de famille qui, très souvent, contiennent des souvenirs importants, des témoignages imagés de moments forts que vous avez partagés avec vos proches et avec vos amis. Généralement, on ne prend une photo que parce qu’une émotion nous a envahit juste à ce moment, que ce soit le plaisir de découvrir un beau paysage ou de chercher à mémoriser un évènement bien précis qui nous a marqué. Vous serez étonnée de redécouvrir de nombreux coups de cœur qu’elles dissimulaient, des moments qui peuvent être aussi forts que ceux qu'il vous présente dans son "Album Magique".

Écoutez bien ce qui se passe en vous et avec quelle rapidité surtout...

L’Univers nous parle très souvent et même plusieurs fois par jour, et il est bien plus bavard que ce que l’on pourrait croire au premier abord… C’est bien connu, les enfants entendent "des voix" mais en grandissant, l’ego finit par les convaincre que ce n’était que des bêtises...

Non, ce n’était pas que des bêtises…

En les prenant très au sérieux, Jeanne d’Arc a sauvé la France… Et quand on nous suggère de retrouver notre âme d’enfant, ce que certains thérapeutes appellent l’enfant intérieur, ce n’est pas de retourner dans l’enfance qu’il s’agit mais simplement de réussir à nous immerger de nouveau dans cette innocence, "in aux sens" ou les cinq sens intérieurs, qui nous rendait réceptifs aux messages de l’Univers. A cette époque, nous pouvions nous remplir de bonheur en seulement un centième de seconde et cela ne pouvait surtout pas provenir de l’ego, il manquait encore sérieusement d’expérience… Mais en ce moment, avec les techniques modernes, de plus en plus d’enfants de moins de sept ans ont déjà perdus leur âme d’enfant et se comportent de plus en plus tôt comme des adultes. Et pourtant, ce n’était pas que des bêtises…

Redevenir un enfant, c’est retrouver son écoute intérieur…

Selon notre volonté et une bonne dose de courage, d'efforts et surtout de confiance, il nous est pourtant possible de nous dé-couvrir, c'est à dire de retirer la couverture sous laquelle nous avons pris l’habitude de nous dissimuler plus ou moins profondément. nous devons comprendre que son épaisseur est proportionnelle au volume de peurs que chacun a développé pendant la plus grande partie de sa vie. Cette couverture, ce cocon dans lequel nous nous sommes emmitouflés avec plaisir au début, nous l’avons fait en croyant y trouver un espace protecteur sans savoir que nous allions nous enfermer dans un espace très limité au travers duquel les liens avec l’Univers sont grandement réduits...

Pourtant, un jour, très bientôt, toutes les personnes qui auront fait les efforts nécessaires, auront la possibilité de s’exposer à la pleine Lumière et de piétiner leur vieille couverture avec le sentiment de danser sur les étoiles. A ce moment, vous aurez découvert ce qu'est la Vraie Lumière, celle qui nous vient du Cœur de l'Univers et qui nous touche au plus profond de notre Conscience, l’Amour...

Il vient souvent sous la forme d’un simple coup de pétard, sans le bruit…
Mais dans un silence encore plus impressionnant par Sa présence.



© Pierre pour CROIX de LUMIERE. . .





Version PDF de ce Texte de Croix de Lumière...

Cliquez sur cette Ligne pour Retourner dans la Sélection de Textes de Pierre