Voyage d'Initiation à la Guérison Spirituelle auprès
de Joao de Deus à Abadiâna au Brésil… Livret 1/5


Dom Ignacio de Loyola, Fondateur des Jésuites.

Statue de Dom Ignatio de Loyola dans la cour de la Casa de Joao de Deus, à Abadiana au Brésil

Pour ceux qui croient, aucun mot n’est nécessaire...
Pour ceux qui ne croient pas, aucun mot n’est possible...

Cette maxime est de Dom Ignacio,
C'est une très belle définition de la Foi...


Joao de Deus et la Reconnaissance de l’église catholique brésilienne…

Joao de Deus et la Reconnaissance du Pape Jean-Paul II…

Joao de Deus et la Reconnaissance du Dalaï-Lama…

Joao de Deus et la Reconnaissance des grands Sages de l’Inde…

Au cœur du Brésil se trouve un endroit très particulier ou des miracles ont lieu chaque semaine. Sont-ils le fait d'un seul homme, sont-ils le fait de toutes les personnes qui se ré-unissent lors des méditations collectives, sont-elles le fait d'une foi collective ou d'une foi individuelle ?

Quelque soit la réponse que chacun peut trouver à cette question, il y a toujours un dénominateur commun, Dieu... Quelque soit le nom que vous lui donniez, quelque soit l'image que vous en ayez, une fois sur place, vous verrez que cela n'a que peu d'importance...

Dieu n'est pas au paradis, qu'y ferait-il franchement, il est partout, en toute chose mais aussi en Vous et en Nous... Joao de Deus est là pour nous aider à découvrir notre véritable espace Divin, celui qui est enfouie au plus profond de notre être...

Je vais vous raconter avec le maximum de sincérité les évènements surprenants que j'ai vécus là-bas en même temps que près de quatre cent personnes présentes chaque semaine tout au long de l'année, des personnes qui viennent d'Europe, des États-Unis et du Canada pour la plupart...

Si vous tapez "Joao de Deus" sur Internet, vous allez trouvez pleins de témoignages de personnes guéries par ses soins mais aussi des témoignages de personnes l'accusant de malversations diverses et aussi de soi-disantes agressions sexuelles envers des femmes venues le voir…

Je viens de passer trois semaines à Abadiâna, là ou Joao a posé sa Casa il y a déjà plus de vingt ans et où il reçoit des centaines de personnes les mercredis, jeudis et vendredis. J'ai vu des hommes, des femmes et quelques enfants, qui viennent dans ce lieu sacré avec une foi immense et un courage admirable face à la maladie. Souvent, face à ces gens, j'ai douté de ma propre foi, aujourd'hui encore et heureusement…

A Abadiâna, j'ai vu trop de gens, surtout des nord-américains, des canadiens et des européens qui viennent chercher un miracle avec la même conviction que celle de gagner au loto… Grâce à Dieu bien sûr. Or ces gens là refusent de se remettre en cause, de changer ce qui leurs pourrit la vie depuis si longtemps et le corps en même temps, bien sûr. Certains sont là depuis des mois, voire des années parfois mais ils ne veulent faire aucun effort vraiment personnel. Leurs exigences "spirituelles" sont impressionnantes, autant que leurs soi-disant développements personnels avec des bibliothèques énormes... Certains savent TOUT de Dieu... ???

Parmi eux, beaucoup repartent d'Abadiâna complètement déçus et accusent Joao de ne pas avoir voulu les aider. Alors certains se mettent à délirer sur de prétendues affaires scabreuses, confondant leurs attentes personnelles avec le roman plutôt douteux qu'ils ont lu sur place pour passer le temps au lieu de travailler sur eux...

A leurs retours, leurs proches veulent savoir ce qui c'est passé et surtout ils veulent savoir si le miracle a bien eut lieu... Combien parmi eux sont capables de dire : "Je n'ai pas fait ce que je devais, je n'ai pas compris que je devais m'ouvrir à l'Amour"... Bien peu... Dans l'ensemble, c'est toujours plus facile de justifier un échec en accusant l'autre d'avoir triché...

Pour ma part, je ne retiens que la reconnaissance du Pape Jean-Paul II, du Dalaï-lama et de nombreux grands sages de l'Inde. Joao est un homme fabuleux, il suffit de plonger son regard dans le sien pour comprendre...

De ce que j'ai vécu là-bas, je ne peux plus douter de rien. Ce qui suit ne peut vous parler que si vous êtes prêts à ouvrir votre perception de la vie à l'existence Divine et à sa présence à vos côtés. Sinon, vous aurez le sentiment d'avoir perdu votre temps et vous seriez capable de m'en vouloir...

Le Départ depuis Genève…

Dimanche 17 février : Départ de Genève d'où je prends l'avion à destination de Brasilia via Lisbonne avec un groupe de personnes emmené par Julia Andrée, responsable de l'association Casalumière qu'elle a créé à la demande de Joao de Deus lui-même. A l'escale de Lisbonne, d'autres personnes nous rejoignent, nous sommes donc 15, 16 avec Julia. Certains n'en sont pas à leur premier voyage et y sont déjà allé jusqu'à trois fois alors que pour d'autres, comme moi, c'est la première fois et nous n'avons aucune idée de ce que nous allons y trouver...

Le vol Lisbonne / Brasilia est un peu éprouvant car il dure 9h30, c'est long, surtout pour moi dont c'est le premier grand voyage intercontinental. Arrivés à Brasilia vers 17h30 locale, nous sortons une heure et demie plus tard de l'aéroport. Deux taxis nous attendent pour nous emmener par une succession d'autoroutes et de voies express jusqu'à Abadiâna même. A 20h30, nous arrivons à destination.

L'accueil à la Pousada Jardim dos Anjos est à la hauteur de ce que Julia nous avait dit, simplicité et gentillesse avant tout. Bien sûr, le confort est différent de celui que nous connaissons en Europe mais le niveau de vie n'est pas le même. Les chambres sont souvent à deux lits mais chacun de nous dispose d'une chambre personnelle avec salle de bain et eau chaude solaire. Quand le travail commencera, nous apprécierons tous de pouvoir rester isolés les uns des autres...

Quand je me couche très fatigué par seize heures de voyage, je suis pris de doutes… Ce voyage n'est pas de mon fait, c'est un cadeau qui m'a été fait par une personne à qui "ON" a demandé de me faire venir en ce lieu… Par moi-même, en méditation, j'ai reçu la confirmation que je devais accepter cette invitation, cadeau du Ciel.

Cela fait une demi-heure que je m'efforce de trouver le sommeil quand je ressens quelque chose d'étonnant, "ON" me caresse le visage avec une douceur que je n'ai jamais ressenti. C'est un toucher nettement appuyé assez symétrique sur tout le visage et c'est loin de n'être qu'une sensation… Je sens mes joues s'enfoncer sous la pression de doigts multiples invisibles. Je comprends que l' "ON" veut me rassurer et à partir du moment où j'admets la réalité d'une volonté de m'aider, je ressens une Présence immense à mes côtés. Alors, rassuré, je me détends rapidement et j'entre dans une béatitude extraordinaire. Rapidement, je sombre dans un profond sommeil réparateur.

Découverte des Environs d'Abadiâna...

Lundi 18 février : Julia nous propose une marche d'échauffement dans les collines proches de la Casa et ce dès 6h00 du matin. Le groupe est presque au complet et le niveau de marche, dans l'ensemble, est assez bon. Au retour, nous prenons notre petit déjeuner à la Pousada (Auberge) puis Julia nous emmène visiter la Casa à environ un km de là... Joao ne pratique les guérisons à la Casa que du mercredi matin au vendredi soir. Les samedis, dimanches et lundis, il pratique dans d'autres endroits spirituels au Brésil où plusieurs centres dédiés à Dom Ignacio de Loyola, fondateur des Jésuites, ont été construits.

L'après-midi, certains se promènent dans les rues d'Abadiâna voisines où nous pouvons en mesurer la pauvreté. Le salaire minimum est de 250 Réals, 100 Euros ou encore 160 CHF, par mois. D'autres personnes du groupe ont fait le choix de la sieste pour se remettre de la fatigue du voyage et surtout pour se recentrer à cause du décalage horaire de cinq heures.

Juste une petite anecdote qui m'a amusé durant les deux premières semaines, c'est à ce moment que ma dent de sagesse supérieure commence à branler... Est-ce qu'il y a un dentiste à la Casa ? Réponse dans quelques jours...

Ce que j'ai perçu hier soir me laisse complètement perplexe et je ne peux en parler à n'importe qui. J'ai besoin de réponses et je ne peux utiliser que la méditation et la radiesthésie. Les résultats que j'obtiens par ce moyen depuis le jour de la mort de l'Abbé Pierre me semblent suffisamment positifs pour que je fasse de nouveau confiance à ce moyen de communication avec l'Univers.

Peu après, j'apprends que je suis accompagné depuis plusieurs mois déjà par trois guides spirituelles féminines et que je trouverai leurs prénoms dans un des livres que j'ai amené avec moi, livre que j'ai acheté juste avant de partir, les Femmes de la Bible...

Je passe une partie de la soirée à découvrir ces femmes qui ont laissé leurs empreintes dans une des religions les plus puissantes au monde. Demain, je saurai qui me guide avec autant de douceur.

Mardi 19 février : Nous nous rendons en groupe en taxi visiter la Casa da Sopa pour y déposer les vêtements que nous avons spécialement amenés pour les pauvres. Ce centre a été créé par Joao à la demande des Entités de Lumière qui œuvrent à la Casa et accueille chaque jour une centaine de personnes nécessiteuses à qui sont servies une assiette de soupe bien épaisse.

Chaque personne du groupe a amené des vêtements que nous déposons là-bas. En remerciement, les gens de la Casa da Sopa (maison de la soupe) nous en offrent justement une assiette qui est vraiment délicieuse. Puis nous revenons tranquillement à pied en faisant déjà quelques petites emplettes indispensables pour certains.

L'après-midi, Julia nous emmène nous baigner à la Cachoeira, la cascade sacrée de Joao. On ne peut y descendre qu'avec son autorisation et à la condition de respecter le règlement. Les hommes et les femmes ne peuvent y aller ensemble, exception faite pour un seul couple à la fois. La nudité y est interdite et le maillot de bain y est obligatoire. Il est interdit d'utiliser quoi que ce soit (bougie, encens, savon) et d'y prendre ne serait-ce qu'un seul petit caillou. Il est également formellement interdit d'y prendre des photos.

Si le portillon d'accès est fermé, cela signifie qu'un groupe y est déjà présent et nous devons donc patienter. S'il est ouvert, cela signifie qu'il n'y a personne en bas. Quand nous nous engageons dedans, nous devons bien sûr le refermer derrière nous pour signaler notre présence. Mais c'est bien plus facile que Lourdes quand même…

Des personnes y étant avant nous, nous avons dû attendre un peu. Le groupe de femmes s'y est ensuite engagé et pendant quelques minutes, elles ont chanté devant la cascade en pensant à ce qu'elles allaient échanger. A leur remontée dans le silence, les hommes les ont regardées passé avec une certaine admiration.

Nous nous y sommes engagés à notre tour. Julia m'avait demandé de sécuriser le passage de chacun au cas où l'un d'eux glisserait mais tout s'est très bien passé. Comme j'avais pris avec moi le cristal que j'avais acheté le matin ainsi que mon pendule lui aussi en cristal, j'en ai profité pour les purifier en les laissant tremper un bon moment dans l'eau.

La cascade provient d'une source voisine qui a un débit constant même en période de sécheresse. Elle passe par un goulet qui forme un jet d'eau rapide de trente centimètre de large par dix de profond. Se mettre dessous est un choc car le poids de l'eau sur la tête et les épaules est quand même conséquent. Or je suis un chat qui a horreur de l'eau et j'ai dû me poster à moins de deux mètres et à chaque passage d'un de mes compagnons, j'ai été vaillamment éclaboussé. Il est recommandé de ne pas s'essuyer ni de prendre de douche avant douze heures. Nos vêtements sont donc mouillés mais il fait très bon et ce n'est pas gênant, ça séchera tout seul assez rapidement... Tous ensemble, nous avons fait le retour jusqu'à la Casa en silence, en méditation plutôt.

Découverte de la Casa de Joao de Deus…

Après le dîner du soir, Julia nous réunit pour nous expliquer la marche à suivre pour le lendemain, cela peut paraître un peu compliqué au départ mais d'ici une semaine, le fonctionnement de la Casa se révélera vraiment très simple et très logique surtout.

Une fois dans ma chambre, je recommence une nouvelle méditation et dès que je suis au calme, je me mets à l'écoute et c'est ainsi que j'entends à l'intérieur de moi : "Marie, Myriam, Sarah"… Je prends alors mon pendule et par question et réponse par Oui ou Non, j'apprends que ce sont les prénoms de mes trois guides, Marie, mère de Jésus, Myriam de Magdala mieux connue sous Marie-Madeleine et Sarah… Dans ce livre, il y en a deux et je veux savoir laquelle… Quelques secondes après, j'apprends que ce n'est aucune des deux, il s'agit d'une autre Sarah. Je pense alors à la Mère des gitans, Sainte Sarah ou encore Sarah l'Égyptienne ou encore la Reine Noire… C'est bien Elle.

Avant de m'endormir, je vais ressentir leurs présences à toutes les trois, énormément de joie et de douceur mais aussi beaucoup de force… Incomparable…

Mercredi 20 février : Ce matin a lieu le premier passage devant Joao. Lors du précédent voyage de Juila au mois de novembre, je lui avais confié une photo de moi et quand elle l'avait présenté, Joao m'avait prescrit un traitement à base de Passiflore que je venais de commencer à prendre trois semaines avant de venir. De ce fait, ayant déjà été présenté, je peux passer dans la file des "2èmes visites". Mais avant de m'y engager, je dois faire traduire ma requête par un traducteur volontaire, ce qui sera fait juste à temps.

Au début d'une cession, celle du matin ou celle de l'après-midi, commence l'entrée de la file des Médiums qui s'installent dans la deuxième salle, la salle des Entités où se trouve Joao de Deus. Pour en faire partie, il faut seulement avoir été agréé par ce dernier, soit juste pour la journée pour les visiteurs habituels, soit pour leur séjour complet pour les personnes reconnues qui le demandent et à qui Joao donne son accord. Parmi eux, beaucoup de ces personnes œuvrent déjà comme médiums dans la vie.

Les personnes qui ne sont pas agréées n'ont pas forcément besoin de passer devant Joao. Si elles veulent participer en totalité à la méditation, elles entrent en même temps que les Médiums mais s'installent dans la première où la troisième salle de méditation.

Au total, ce sont souvent quatre cents personnes qui peuvent être présents en même temps et c'est la réunion de leurs énergies spirituelles qui va permettre de réaliser les opérations visibles et invisibles qui sont demandées et acceptées à chaque cession par Joao en état d'incorporation pour les visiteurs.

Après l'entrée des Médiums et Méditants a lieu l'entrée des personnes pour qui Joao a prescrit une opération lors de la cession précédente… Celles-ci vont s'installer dans la quatrième salle, la salle des Opérations tout au fond et si elle est pleine, dans les places restantes de la dernière salle de méditations.

La troisième file est celle des personnes venant pour une 2ème visite et dont je fais partie. Mais nous devrons attendre de 30 à 60 minutes, le temps que soient amorcées les Énergies destinées aux opérations. Les personnes venant pour une première visite passeront après nous suivie de celle de la file de 08h00 qui est en fait la file de re-présentation. Ce sont les personnes à qui Joao a demandé de faire un travail de préparation avant de continuer.

En dernier, vient la file des révisions. Ce sont les personnes qui ont vécu une opération une semaine plus tôt. Au début, ça parait compliqué mais petit à petit, on en comprend toute l'intelligence.

Dans la file des 2èmes visites, nous avançons lentement traversant la première salle de méditations ou environ 90 personnes sont là les yeux fermés. En suivant, nous entrons dans la seconde salle, la salle des Entités où se tiennent les Médiums agréés par Joao, environ 100 personnes, elles aussi en méditation les yeux fermés.

Joao est assis dans un fauteuil dans le fond de cette salle, dans l'axe de l'allée centrale. Il ne consacre que très peu de temps à chaque personne, le temps que l'entité qui l'a incorporé lui transmette sa prescription. Des collaborateurs sont chargés de lui lire en portugais les requêtes que chaque personne a fait traduire peu avant et ensuite, ils traduisent au visiteur, la prescription que Joao lui a donnée en portugais.

C'est mon tour, je suis debout devant Joao… Julia, présente à mes côtés, l'invite à poser ma main droite sur la main gauche que Joao me tend grande ouverte avec un immense sourire.

Son visage est fabuleux de beauté et d'Amour, ses yeux rayonnent d'une lumière extraordinaire… Il me prescrit un bain de cristal de 40 minutes que j'effectuerais en fin d'après-midi. Puis je suis rapidement poussé de côté et je suis guidé dans la salle des opérations pour quelques minutes de méditation. Après cela on m'invite à en sortir. L'émotion est immense et je ne peux s'empêcher de laisser quelques larmes couler... Toucher ainsi l'Amour ne peut me laisser indifférent et ma sensibilité me fait vraiment plaisir.

Je sors de la salle des opérations avec une des femmes du groupe et nous nous rendons à la cuisine pour y recevoir une assiette de soupe bénite par Joao que nous mangeons au calme sous la véranda avant de rentrer tranquillement à la Pousada.

Le Bain de Cristal, préalable indispensable...

L'après-midi, je fais la file de 14h00 qui consiste à repasser devant Joao. Il a voulu me re-prescrire un bain de cristal mais informé par son collaborateur du fait que je dois le prendre juste après la cession présente, Joao revient sur sa décision et me propose une opération spirituelle pour le lendemain matin…

J'avais pris rendez-vous pour 17h25 pour un bain de cristal de quarante minutes. Ce bain sert à purifier les chakras du corps subtil. Il y a cinq minuscules pièces équipées d'un lit sur lequel on s'allonge. Au-dessus de mon corps, sont suspendus sept cristaux munis chacun d'un filtre de couleur particulier et qui envoient à tour de rôle un rayon lumineux aux couleurs du chakra au-dessus duquel il est placé et donc à la fréquence correspondante.

Le Bain de Cristal, indispensable pour nettoyer les Chakras du corps avant toute opération spirituelle...

La pièce est dans l'obscurité et il est recommandé de fermer les yeux. Les effets commencent rapidement par la dispersion de certaines vibrations à travers tout le corps. C'est assez particulier d'avoir l'impression que des milliers de "petites pattes" grattent votre corps pour le nettoyer. A la fin du temps prévu, l'employée vient et m'invite à me relever.

Puis je sors et sous la pergola, je suis très étonné de découvrir l'une des femmes du groupe qui m'attend. Cela me fait particulièrement plaisir, elle est tellement rayonnante… Nous rentrons joyeusement ensemble à l'auberge pour le souper. Le soir, je décide de me coucher de bonne heure car je dois bien réfléchir à ce que je vais demander le lendemain pour cette opération. J'ai le choix entre une opération invisible qui se pratique tout simplement assis en méditation dans la salle des opérations et qui dure moins d'une demi-heure ou une opération visible exécuté par Joao sur l'estrade de la salle d'accueil ou dans la salle des Entités avec intervention chirurgicale si l'on peut dire ainsi.

Pour ces opérations visibles, Joao n'utilise aucun anesthésiant, aucun désinfectant, aucun cicatrisant, uniquement de l'eau bénite. J'avais déjà vu des vidéos de ces opérations et c'est très impressionnant. Deux personnes font ce choix à chaque cession, rarement plus... Dans les deux cas, la véritable opération spirituelle ne démarre qu'un peu plus tard quand chacun a rejoint sa chambre pour s'y coucher dans le calme. La salle des opérations ne fait qu'amorcer un processus spirituel qui peut durer jusqu'à quarante jours si la personne respecte bien les prescriptions de Joao...

La pleine lune va faire son apparition ce soir… Demain sera forcément un grand jour et je ne peux qu'avoir pleinement confiance aux évènements qui ne vont pas manquer de se faire aujourd'hui même. Je suis un peu tendu mais je connais très bien mon courage et ma détermination et si je suis là, ça ne peut être que pour progresser. L'idée que j'ai été amené ici pour recevoir une initiation commence à m'effleurer.

Jeudi 21 février : A 8h00, j'entre avec un groupe d'environ soixante personnes dans la salle des opérations. Les Médiums sont déjà tous au travail dans les salles précédentes et je commence à sentir l'énergie spirituelle qu'ils génèrent à eux tous. Je commence à comprendre comment peuvent se faire les opérations visibles ou invisibles et surtout à admettre leurs faisabilités. Julia nous a expliqué que ces opérations sont réalisées par des Entités de Lumière comme dans des salles de chirurgie mais que tout se passe en interne sans cicatrices visibles, du moins à l'extérieur du corps. A l'intérieur, il y a déjà eu de nombreuses surprises découvertes par des chirurgiens reconnus, surprises confirmés par les vidéos des blocs opératoires... Étonnant.

Première opération : les préparatifs…

Cela fait trois minutes que je suis en méditation quand l'un des responsables demande en portugais si des personnes souhaitent avoir une opération visible avec Joao… Julia étant à mes côtés me traduit la proposition et spontanément, je lève le bras. Nous sommes trois à nous proposer ce matin mais l'un de nous ne sera pas opéré dans la salle d'accueil mais juste après dans la salle des Entités de Lumière.

Depuis l'âge de neuf ans, ma vie s'est trouvée grandement compliquée par des crises épileptiformes avec une fréquence d'environ une tous les trois mois quand j'étais jeune, puis seulement une par an à l'âge adulte et ça allait en diminuant. Les deux dernières crises dataient de février 2002 et de novembre 2005. Depuis, grâce à l'acupuncture, à la méditation et à un gros travail personnel, j'avais réussi à juguler complètement ce problème. Mais lors de l'escale de Lisbonne pendant le voyage, un léger trouble m'a obligé à repenser à ce problème et à en faire la demande auprès des Entités de Lumière de la Casa.

En principe, Joao ne fait pas d'opération visible sur des personnes atteintes d'épilepsie mais la veille, nous avions entendu que je pouvais quand même demander une opération visible pour ce problème de santé et que ça ne me poserait aucun problème.

L'assistant m'invite à le suivre ainsi que la femme derrière lui et il nous place en file indienne devant le fauteuil de Joao encore vide. Puis il me demande la raison de ma demande mais je me contente de parler de problèmes neurologiques. Il me demande alors de fermer les yeux et de ne plus les ouvrir afin que les Entités de Lumière puissent déjà s'occuper de mon problème. Pour les aider à comprendre ma requête, l'assistant me demande de placer ma main droite sur mon front pour désigner l'endroit où je souhaite être opéré.

Quelques minutes un peu stressantes se passent… Joao n'est peut-être pas encore là. Les opérations devraient pourtant avoir déjà eu lieu dans cette pièce. Mais au dernier moment, Joao, qui vient d'arriver, décide d'en faire deux en public sur l'estrade de la salle d'accueil devant tout le monde.

Un assistant me prend alors par la main et me rappelle en portugais que je ne dois surtout pas ouvrir les yeux. Drôle, j'ai compris spontanément alors que je suis complètement étanche aux langues étrangères. Plus tard, en visionnant la vidéo, je découvrirai que cet assistant n'est autre que Joao de Deus en personne et que c'est lui qui m'emmène à travers le dédale des différentes salles. L'impression d'être emmené à "l'abattoir" me vient quand même malgré ma très grande confiance. Par le brouhaha, je comprends que nous sommes arrivés dans le hall d'accueil et la montée de la rampe d'accès sur l'estrade ne fait que me conforter dans cette sensation désagréable. Quand le crépitement des flashs que je perçois à travers mes paupières fermées se déclenche, j'ai vraiment envie de fuir… Heureusement, je n'ai pas ouvert les yeux bien au contraire car, en voyant tout ce monde, je me serais affolé et j'aurais certainement craqué…

Joao me guide sur l'estrade et me plaque le dos et la tête sans ménagement contre le mur, juste à l'endroit où se trouve l'un des deux triangles sacrés de la Casa. D'un coup, une immense chaleur m'envahit complètement... Énergies ? Certainement… Toutes mes craintes disparaissent aussitôt et je me détends entièrement. Pendant ce temps, Joao prend la parole et s'adresse à la foule rassemblée devant lui avant d'entamer la prière du matin. Puis, il se passe un petit moment de silence pendant lequel Joao se fait incorporer par l'une des Entité de guérison de la Casa. Deux mètres derrière lui, je sens dans ce court instant passé entre nous deux comme un souffle, l'Entité de Lumière venue œuvrer ce matin.

Opération du Sein sur la jeune femme à mes côtés...

Juste après, Joao commence une opération visible sur la jeune femme présente sur l'estrade à gauche de moi qui garde soigneusement les yeux fermés. Je n'entendrai que quelques râles de la part de cette femme que Joao opère pour un problème de cancer des deux seins qui ont déjà été opérés plusieurs fois par la médecine légale…

Je ne peux trop m'occuper de ce qui se passe autour de moi car au même moment, des mouvements respiratoires très puissants se font à mon insu, des mouvements ondulatoires que je ne connaissais pas, des vagues montantes et descendantes sur tout le thorax que je ne peux expliquer. J'ai l'impression que mes côtes ondulent, c'est étonnant... En fait, ce mouvement respiratoire étonnant me gave d'énergie et me prépare certainement à ce qui va suivre…

Première Opération : vraiment impressionnant…

Soudain, je sens que Joao est présent devant moi. Il me plaque encore plus fort contre le mur avec une force peu commune et m'ouvre la bouche dans laquelle il tâtonne quelques secondes à l'aide d'une pince. Je pense qu'il va m'arracher la dent de sagesse qu'il touche justement à l'instant… Mais non. Très rapidement, Joao introduit une pince chirurgicale dans ma narine droite, s'arrête une fraction de seconde car il y a comme une résistance, la première paroi osseuse, et il force un peu plus fort.

Pour moi, la douleur est présente mais bizarrement, je n'ai ni envie de crier, ni envie de reculer, elle est complètement supportable car je suis vraiment dans une acceptation et une confiance totale. Une première cloison cède et l'objet que Joao a introduit progresse encore de deux ou trois cm environ avant de s'immobiliser de nouveau… Une deuxième cloison cède et un liquide comparable en goût et en consistance au blanc d'œuf se répand dans mes sinus.

Sans perdre de temps, Joao provoque quelques vrilles pas très agréables pour moi avant de m'incliner la tête en avant puis il commence à retirer son instrument de mon nez. La douleur que je supportais très bien disparaît aussitôt et je comprends que cette opération si particulière est déjà terminée. Je n'ai pas même eu le temps de reprendre son souffle, c'est presque trop rapide. Puis je sens que deux de ses assistants me prennent fermement par les bras et me poussent à m'asseoir sur un petit fauteuil roulant. On me fait descendre la rampe à toute vitesse et je suis emmené à l'infirmerie juste sur le côté.

Joao s'apprête à enfoncer la pince dans ma narine droite...


Représentation du trajet de la pince.
On voit les deux cloisons qui ont été transpercées…


Julia est présente à mes côtés. Elle est certainement l'une des guides les plus présentes et les plus compétentes parmi les personnes agréées à cette tache par Joao.

Julia me réconforte de la main mais je n'ose pas encore ouvrir les yeux. Une infirmière s'occupe de moi avec une douceur extraordinaire et c'est à ce moment que je craque sur le plan émotionnel. Les larmes coulent à flot pendant un court instant. Joao a ouvert une énorme chasse d'eau et je ne peux encore savoir ce qui s'écoule mais c'est certainement bien plus important que tout ce que je peux imaginer. J'ai provoqué un moment d'affolement dans l'infirmerie en éternuant violemment… Quelques gouttes de sang se sont mises à couler mais une seconde fois, la plaie s'est obturée toute "seule", du moins sans intervention humaine… Mais les Entités de Lumière sont partout présentes et Elles veillent…

Pendant que les deux infirmières très inquiètes me surveillent, je m'efforce de ramener la paix au fond de moi et ce n'est qu'au bout de plusieurs minutes que j'accepte d'ouvrir enfin les yeux… Je suis complètement stupéfait, je n'ai aucune douleur, je vais parfaitement bien et je pourrais très bien me lever et rentrer seul à la Pousada comme s'il ne s'était rien passé. Il n'y a aucun écoulement de sang ou de liquide encéphaliques comme si les deux parois s'étaient refermées spontanément ce qui a bien dû se faire d'une manière ou d'une autre.

De plus, à mon très grand étonnement, je respire normalement par les deux narines sans qu'il y ait la moindre différence de pression de l'une à l'autre. Je ne peux comprendre comment cela peut se faire, les deux perforations se sont déjà refermées "toutes seules" ou presque, c'est impressionnant… Plus tard après mon retour en France, une femme chirurgienne connaissant bien les trépanations pour les avoir pratiquées pendant plusieurs années, visionnera longuement la vidéo et ne trouvera aucune supercherie. D'après ses estimations, la pointe de la pince a dû rentrer dans la matière molle du cerveau de un à trois centimètres sans provoquer le moindre trouble et surtout la moindre lésion ce qui est médicalement parlant impossible.

Mais je suis quand même en état de choc et je suis invité à me coucher sur un lit de repos ce que j'accepte bien sûr. J'ai quand même besoin de relâcher les tensions, tout c'est passé si rapidement et mon mental a beaucoup de mal à comprendre et à admettre tout cela. Il est impossible d'introduire un tel objet au centre du cerveau sans provoquer un schisme pouvant entrainer la mort où des séquelles graves irréversibles...Qu'a t'il bien pu se passer pour que je me porte aussi bien ?

Une demi-heure plus tard, il doit être 9h30, Julia m'apporte une assiette de soupe bénite que je mange de bon appétit. Les deux autres personnes opérées en même temps que moi ont un peu plus de mal à récupérer. Elles ont l'air d'être assez abattues et elles aussi sont en train de manger leur assiette de soupe.

Peu après, Julia me propose de quitter l'infirmerie à la seule condition que je prenne un taxi pour rentrer. Je proteste mais Julia insiste en me disant que ça fait partie du règlement de la Casa que j'ai accepté de suivre. La station de taxi est juste devant la porte extérieure de l'infirmerie. C'est vrai, il est formellement interdit de rentrer à pied même si l'on se sent en pleine forme en sortant. En fait, je me rends vite compte que mes jambes flageolent et j'admets complètement la raison de ce règlement. Il est 10h00 quand le taxi me dépose à la Pousada et je me couche de suite pour me reposer.


Fin du Livret I...



© Pierre pour CROIX de LUMIERE. . .




Version PDF de ce Texte de Croix de Lumière...

Cliquez sur cette Ligne pour Retourner dans la Sélection de Textes de Pierre