Episode No 109 : Découverte d'un tableau au verre brisé qui contient une copie d'une reconstitution de la Cène de Léonard de Vinci mais brisé...

Episode No 109 : Un tableau qui ne peut s'être brisé par hasard...

Vendredi 23 mars 2012 : cela fait plusieurs semaines qu'un tableau attire mon attention à la Renfile, un bazar de Genève qui dépend du Centre social Protestant et où j'ai grand plaisir à chiner. Ce tableau représente la célèbre peinture de la Cène faite par Léonardo da Vinci dans le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria Delle Grazie à Milan. C'est une immense peinture réalisée entre 1494 et 1498, qui mesure 4m60 par 8m80 et qui a longtemps été considérée comme le chef-d'œuvre de sa vie.

Cette peinture décrit le repas de la Cène mais bien plus que cela. Comme partout en Europe, Jean est toujours représenté dans une représentation très féminine, cheveux longs, traits féminins, vêtements colorés et absence totale de barbe. Pour de nombreux chercheurs, ce n'est pas Jean qui est représenté mais Myriam de Magdala, la femme qui a partagé l'intimité de Jésus et qui a été rabaissé à un rôle de prostituée transformé récemment en pécheresse alors que dans l'église orthodoxe, elle est la plus sainte des femmes…

Le vide entre Jésus et Myriam n'est qu'une astuce pour cacher l'intimité qui existait entre Myriam et Jésus. Un simple effet de miroir de part et d'autre et d'inversion de place permet de découvrir que Myriam a posé sa tête sur l'épaule de Jésus.

Ce tableau, découvert à la Renfile, est une reconstitution assez fidèle de celui de Léonardo da Vinci qui a été fortement dégradé par l'humidité et le manque d'entretien. Mais si j'hésite à l'acheter, c'est parce que ce tableau me choque à chaque fois que je l'observe… Le verre est brisé et la cassure passe exactement entre Pierre et Myriam de Magdala. Or, dans tous les évangiles apocryphes, textes non reconnus et largement combattus par le Vatican, comme d'ailleurs dans la Pistis Sofia, Pierre est toujours dénoncé comme étant un féroce misogyne qui provoque sans cesse Myriam comme d'ailleurs les autres femmes présentes dans le Cercle de Jésus.

Je ne peux croire une seule seconde que cette cassure est le fait du hasard… Alors ce 23 mars, après deux mois d'hésitation, je me décide à l'acheter. Une fois rentré chez moi, je vais d'abord l'ouvrir pour enlever le verre brisé. Depuis, je l'observe attentivement tous les jours et ce qu'il me révèle prend forme peu à peu.

Le groupe des apôtres de droite semblent s'exprimer avec beaucoup de dynamisme, notamment avec leurs mains qui sont toutes dirigées vers Jésus légèrement tournée vers eux… De ce côté de la Cène, il y a donc communications et échanges entre Jésus, Thomas, Jacques, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon. De quoi discutent-ils ? Jésus ne vient-il pas de leurs annoncer ses intentions qu'ils ne comprennent pas et qu'ils n'approuvent pas surtout ?

Dans le groupe de gauche, il se passe des choses étonnantes… Tout d'abord, Pierre s'est immiscé entre Judas et Myriam afin de se rapprocher de Jésus. Sa main droite tient un poignard qu'il dissimule dans son dos. Qui veut-il agresser avec cette arme qui n'a rien à faire sur une table ? Derrière lui se tiennent Barthélémy, Jacob et André qui sont très contractés comme s'ils étaient prêts à s'élancer mais pourquoi et sur qui ?

Quant à Judas, il n'a jamais été le traitre bien au contraire… Mais à l'évidence, Pierre est très jaloux de la relation assez intime qu'il entretient avec Jésus et Myriam. Cette dernière utilise sa fortune personnelle pour subvenir aux besoins de tout ce groupe et c'est en Judas qu'elle a mis toute sa confiance. D'ailleurs, dans sa main droite, il tient la bourse et c'est vers Jésus qu'est tournée sa main gauche.

Je crois vraiment que la cassure sur le verre de ce tableau, a un sens qui ne peut être dû au hasard. Je comprends que, dès le départ de la chrétienté, Pierre était un homme de pouvoir et que sa misogynie n'a fait que se transmettre de siècle en siècle. Certains conciles ont même été organisés pour savoir si la femme était munie d'une âme et si elle n'était pas plutôt qu'un animal au service des hommes. Partout, la femme est rabaissée, humiliée, culpabilisée… Tous les malheurs du Monde sont de sa faute. Voila l'enseignement qui a été développé par Saint Pierre et par ses successeurs.

Mais le moment est venu de défaire cette religion créée par des hommes de pouvoirs et de reprendre le véritable enseignement de Jésus venu pour aider les femmes…

Comment aider chacun à augmenter sa capacité à créer de l'Amour…

© Pierre pour CROIX de LUMIERE. . .

Ci-dessous, le tableau de la Cène peint par Léonado da Vinci..

Episode No 109 : Ci-dessous, le tableau de la Cène peint par Léonado da Vinci et ci-dessus, la réplique trouvée dans un bazar caritatif de Genève...

Ci-dessus, la réplique trouvée dans un bazar caritatif de Genève...