Album Magique de Pierre, Episode No 30 : L'arrivée d'une incroyable sculpture d'une très grande Déesse...

Episode No 30 - L'arrivée d'une incroyable sculpture d'une très grande Déesse...

Genève, brocante de Plainpalais – Samedi 02 décembre 2006 – Je suis en train de terminer de ramasser les feuilles mortes dans mon jardin quand je reçois un message comme quoi je dois me rendre au plus vite à la brocante sur la plaine de Plainpalais dans le centre de Genève.

Protestant parce que je n’en ai plus que pour un quart d’heure, le message me revient mais beaucoup plus appuyé. Je n’hésite plus, je pose mon râteau et je pars pour le centre de Genève. Je me gare dans le parking souterrain sous la place et je commence à déambuler dans les allées. Je ne sais pas ce que je dois trouver, un livre, un objet… J’aperçois une foraine avec qui je participais il y a déjà quelques années à des danses du second empire et je m’arrête à son stand.

Son voisin est déjà en train de remballer… Soudain, j’aperçois une sculpture qui est attachée à un piquet très grossier posé sur une table de camping un peu comme une chèvre… J’en suis choqué mais je ne sais pas encore pourquoi. Je suis à plus de cinq mètres et à cette distance, j’ai l’impression que c’est un moulage en plastique. J’en parle discrètement à mon amie comme quoi ça ne peut être du bois et que c’est forcément un objet sans valeur. A mon grand étonnement, son collègue m’entend, se tourne vers moi et me dit que ce n’est pas un moulage et que c’est vraiment du bois sculpté.

Je sais spontanément que c’est cette sculpture que l’ "ON" m’a demandé de venir chercher. Je m’approche et avec l’accord du brocanteur, je la libère de son attache. Je suis sidéré par la perfection qui se dégage de cet objet. Soudain mes yeux et ceux du brocanteur se posent en même temps sur une cassure dans le haut et visible sur la photo de droite. Le brocanteur est stupéfait et me dit : "Mais ça n’y était pas tout à l’heure"… Je le crois… et alors que je suis en train de me demander par qui a bien pu être faite cette blessure, je reçois ce message pour la troisième fois : "Oui, Pierre… Désormais tu dois aider à la guérison de la Femme"…

40 CHF… c’est le prix que le brocanteur me demandera pour une telle merveille… Dès le moment où je l’ai touchée, j’ai su que l’ "ON" me donnait la possibilité de franchir une porte qui débouche dans un Espace merveilleux, l’Espace de Féminin Sacré.

Cette sculpture mesure 18 cm de large et 26 cm de haut sans la pointe, 34 cm avec. A l’exception du cône supérieur, elle est réalisée dans un seul bloc de bois que je crois être du figuier. Sa surface est d’une qualité extraordinaire et ne présente, malgré la complexité des détails, aucune rayure ni aucune aspérité. Le dos est aussi lisse et aussi bien fini et ne présente aucune fissure même minuscule.

Petit exercice de numérologie :
26 cm : 18 cm = 1,444… or 1 = Unité et 444 = Symbole de la Femme dans l’Espace de Féminin Sacré...
34 cm : 18 cm = 1,888… or 1 = Unité et 888 = Symbole des forces christiques répandues sur Terre…

Je n’ai encore rien vu de comparable et je ne peux dire comment une telle merveille a pu être réalisée… Quel artiste est capable de travailler avec une telle précision sans faire la moindre rayure même dans des endroits très étroits ?

Deux jours plus tard, une recherche sur le Net pour essayer de découvrir son origine me fait découvrir le mot sanskrit Svayambî-mûrti qui veut dire "Sculpture née d’Elle-même"... Ce type d’objets est connu autant en Inde qu’en Afrique. Il peut s’agir d’un objet réalisé dans un monastère, dans un environnement spirituel impressionnant de puissance, par une personne œuvrant sous canalisation, mais il peut aussi s’agir, comme l’expliquent certains textes bouddhistes, d’un objet qui peut être l’expression d’une puissante Pensée de l’Univers qui a été condensée pour apparaitre dans la Matière...

Puisque mon petit caillou faisait partie d’une Statue de l’Univers…
Pourquoi cette Sculpture ne serait-elle pas une Représentation de l’Univers ?

Quelques semaines plus tôt, j'étais tombé sur un livre qui raconte la vie d'une femme, May Mukhtaran, qui a été jugée et condamnée à être violée par le tribunal de son village parce que son jeune frère aurait posé son regard sur une femme d'un clan adverse... C'était en Inde en 2002... Là-bas, les femmes n'allaient pas à l'école et ne savaient donc pas lire. Pour cette raison, il leurs est impossible de porter plainte. Un froid intérieur immense m'a envahit pendant tout le temps qu'il m'a fallu pour lire ce témoignage d'une femme d'un courage impressionnant.

Je découvre que, dans ce pays qu'est l'Inde, il y a dans les temples des femmes qui sont des servantes des temples, des Devadasis. Normalement, pendant de longues années d'apprentissages, elles apprenaient le chant, la danse, la musique, l'art floral, le tissage, etc... et cela depuis leur plus jeune âge. Mais plus tard, elles devaient se soumettre, aux noms des Dieux et des Déesses, à des pratiques sexuelles qui pouvaient les mutiler gravement... des soi-disantes unions sacrées avec la Déesse au travers d'une jeune fille vierge ou si elle ne l'était plus, que l'on faisait saigner pour en donner l'impression. Quand l'une d'elles essayait de s'échapper, si elle était reprise, elle était mutilée comme une prostituée de rue par des balafres bien visibles sur le visage afin qu'aucun homme ne puisse les accueillir.

Cette Sculpture présente deux traits foncés, l'un du côté gauche entre l'oreille et les lèvres, l'autre du côté droit au niveau de la machoire inférieure. De plus, une immense larme coule sous l'oeil droit. Cette merveilleuse Déesse est donc une représentation divine de la souffrance des Femmes.

Trois jours plus tard, le 05 décembre 2006, j'accepte Sa présence dans ma maison.
En fait, je me "soumets" à la présence spirituelle que cet objet représente...
Encore trois jours plus tard, TOUT commence vraiment.

C'était le 08 décembre 2006, jour de l'annonciation à Anne et à son mari Joachim qu'ils allaient enfin avoir une descendance, une petite fille qu'ils appelleront Marie qu'ils devront préparer à vivre un destin peu commun. La naissance de Marie est fêtée le 08 septembre.

Pour la ville de Lyon d'où je suis natif, la fête des Lumières ou fête des Illuminations a lieu ce même jour, le 08 décembre. C'est une fête qui est dédiée à Marie pour la remercier de la protection qu'elle aurait accordée à cette ville lors de la guerre contre la Prusse en 1870... Une souscription permit de lancer la construction de la basilique de Fourvière que je trouve bien trop clinquante pour pouvoir y trouver la Paix.

L'archevêque de Lyon n'a t'il pas fait un dangereux chantage... "Marie, si tu nous aides à gagner la guerre, alors nous te construirons une église sur la colline de Fourvière !!!" Chaque fois que je veux entrer dedans, elle est fermée pour cause de travaux. Depuis l'été 2011, ce sont des éléments décoratifs de la voute qui se détachent et tombent dans la nef centrale... Elle risque de rester fermée très longtemps car la consolidation de la voute demande des moyens financiers colossaux.

C'est peut-être le moment de refaire une souscription...
Mais cette fois, pour gagner la Paix, pas la guerre.


© Pierre pour CROIX de LUMIERE. . .